Voir la galerie Une maison qui revit

Une maison qui revit

Rénovations mitoyennes, Reportages

Construite à la fin de l’entre-deux-guerres, cette maison de rangée classique située dans le centre-ville d’Anvers présentait une succession de petites pièces privées de lumière, sans lien réel avec le jardin. Sa rénovation en profondeur l’a rendue aussi méconnaissable qu’agréable.

La propriétaire, qui a travaillé par le passé dans les domaines du design et de l’aménagement, ne manquait pas d’idées pour sa nouvelle habitation. « Nous avons confié le projet à un ami d’enfance, qui est architecte chez MAN architecten et qui connaît nos goûts. Initialement, nous ne voulions confier aux architectes qu’une partie des travaux. Mais nous nous sommes vite rendu compte que ce n’était pas très réaliste, et qu’il valait mieux envisager les travaux dans leur ensemble. Nous nous sommes donc concertés avec l’architecte Bas Wauman et l’architecte d’intérieur Leonie Van Damme pour définir le programme des transformations. »

En quête de lumière et de confort

Ce programme s’est avéré plutôt conséquent. L’apport de lumière naturelle faisait grandement défaut, tout comme le confort de manière générale. « Nous sommes rapidement tombés d’accord avec les maîtres d’ouvrage sur la nécessité de redessiner entièrement la répartition des espaces, qui était totalement désuète, commente Bas Wauman. Plusieurs murs intérieurs ont ainsi été abattus en vue d’obtenir une configuration et une circulation harmonieuses entre ces espaces, d’y faire entrer la lumière et de jouer avec elle de manière optimale. Nous voulions également impliquer au mieux le jardin dans l’habitation. »
Le projet de rénovation n’a pas concerné le rez-de-chaussée, que les propriétaires ont choisi de mettre en location. « Cela faisait longtemps que je rêvais d’un Airbnb, explique Klara. J’avais envie d’accueillir des gens en visite dans notre ville. » Sans faire l’objet d’adaptations structurelles, cet espace a été rafraîchi et réaménagé.

Transformation et extension

Les trois niveaux supérieurs ont pour leur part été transformés de fond en comble. Le premier étage, où se déploie désormais le séjour, a été entièrement ouvert. Seule une porte en acier le sépare de l’escalier. Côté rue, le spacieux salon a été équipé d’un foyer au gaz. « Un excellent investissement, estime Klara. Ce foyer fournit une chaleur agréable, sans devoir gérer le stockage de bûches ou de pellets. Et lorsque nous l’ouvrons pour plus de convivialité, il ne génère aucune poussière… »
Centrale, la salle à manger se trouve dans le prolongement du salon et côtoie la cuisine, aménagée dans un nouveau volume construit au-dessus de la véranda existante, au rez-de-chaussée. Baignée de lumière, cette extension à ossature bois affiche 5,3 mètres de large sur un peu plus de 2 mètres de profondeur. « Au départ, les architectes envisageaient d’y placer un châssis coulissant avec une partie fixe, se souvient Klara. Personnellement, je voulais pouvoir ouvrir entièrement cette fenêtre, non seulement pour la vue, mais aussi pour le contact direct avec l’extérieur. Nous avons donc finalement opté pour un châssis de type accordéon, entièrement rabattable. »

Niche-banquette et colonne ajourée

La niche créée dans le mur de la salle à manger est une belle trouvaille. Elle offre en effet des places assises autour de la table tout en générant un gain de place qui facilite la circulation. L’autre pôle d’attraction du séjour est assurément le meuble-colonne de bar en noyer, à cheval entre la cuisine et la salle à manger. Une création aussi esthétique qu’astucieuse. Les menuisiers y ont en effet percé des petits trous bordés de laiton qui laissent passer la lumière de l’éclairage LED intérieur, pour un effet des plus particuliers.

 

Réalisation MAN architecten

Texte Jos Segaert
Photos Jolien Keulenaar

Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire n° 419.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation