Voir la galerie Une ferme ardennaise transformée en gîte

Une ferme ardennaise transformée en gîte

Rénovations 4 façades, Reportages

Vous rêvez d’une escapade en pleine nature ? Et pourquoi pas dans un gîte rénové avec des éco-matériaux ? Découverte d’une rénovation réussie, dans le respect de la tradition, mais avec le confort d’aujourd’hui.

Le hameau d’Ennal, proche de Vielsalm, est en quelque sorte le royaume des gîtes : la même route pour entrer et sortir, 3 rues, 1 chapelle, 1 crêperie, 50 maisons dont… 15 gîtes. Il n’est donc pas surprenant que le propriétaire actuel, résident liégeois et amoureux de l’Ardenne, ait transformé cette ancienne ferme, initialement en mauvais état, en deux confortables gîtes.

Un nouveau départ

L’état de départ est peu glorieux. Deux pièces en bas, deux en haut. D’anciennes étable et laiterie attenantes. De l’humidité partout. Pas de salle de bains ni de toilettes. Pas de chauffage.
Le bâtiment, construit en trois phases, avec ses premières pierres posées vers 1840, a connu sa dernière rénovation en 1902. C’est dire s’il était temps de dépoussiérer l’existant.

Cellulose et argile

Afin de préserver le caractère initial de l’extérieur, les murs sont isolés par l’intérieur. Un doublage en ossature bois de 14 cm d’épaisseur est rempli avec de l’ouate de cellulose insufflée. Une couche de 20 cm de la même matière isole la toiture, par l’extérieur, au-dessus de la charpente traditionnelle. Celle-ci, intacte et visible, est conservée comme plafond des chambres de l’étage.

La paroi interne des murs extérieurs a reçu un plafonnage d’argile brute intégrant des morceaux de paille, ce qui ajoute au côté bucolique des lieux. L’habitation combine donc avantageusement divers éco-matériaux afin d’assurer inertie thermique et isolation optimale.

2 logements en 1

Des modifications ont été apportées afin de gagner de l’espace au sein du bâtiment, comme l’explique Denis Ledent, le propriétaire des lieux : « À l’époque de la ferme, afin de rentrer les ballots de foin et de pouvoir les stocker sur toute la hauteur disponible, il n’y avait pas de plancher dans cette partie du bâtiment. Le volume disponible important nous a donné l’idée de créer deux niveaux distincts. »

Au total, la bâtisse propose aujourd’hui 250 m2 de surface habitable.

Les propriétaires regagnent ainsi un espace conséquent, capable d’abriter un petit appartement pour deux personnes, cela en plus du corps de logis principal, qui peut accueillir huit personnes. L’appartement dispose de sa propre terrasse et d’une entrée indépendante.

Technique contemporaine

Au niveau technique, le grand terrain a été mis à profit : une pompe à chaleur sol-eau a été installée et 400 mètres de tuyaux de captage de chaleur ont été enfouis. Cette installation permet de chauffer la maison via le sol en pierre du rez-de-chaussée, ou par des convecteurs à l’étage. La salle de bains et les deux douches de l’habitation profitent quant à elles, via le même réseau, d’un chauffage mural, à la chaleur bienveillante. « Ardenne touch » oblige, un poêle à bois est présent dans le séjour, mais sert surtout à créer une ambiance chaleureuse. En effet, grâce à l’isolation soignée, les besoins en chauffage sont relativement faibles.

Texte Denis Vasilov
Photos Ardennes-Étape (sauf mention contraire)

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation