Une chaleur agréable dans la salle de bains

Une chaleur agréable dans la salle de bains

Chauffage central, Énergie, Intérieur, Salle de bains et bien-être

S’il y a un endroit de la maison où l’on aime avoir chaud, c’est bien dans la salle de bains! Et cela doit chauffer vite et bien… Histoire de ne pas entamer notre bonne humeur lors des petits matins frisquets. Pour remplir pleinement son rôle, la salle de bains doit être chaude dès que l’on en franchit la porte, même si c’est seulement pour une durée limitée.

Idéalement, on y installera un thermostat spécifique qui permettra d’augmenter le chauffage du radiateur par exemple une demi-heure avant l’heure du lever et de le diminuer lorsqu’on quitte la maison. De quoi produire une chaleur agréable, idéale le matin ou le soir, à l’heure de passer sous la douche.

Chauffer par le sol

Certaines techniques, comme le chauffage par le sol, permettent d’accroître le confort. Souvent installé au rez-de-chaussée, le chauffage par le sol est beaucoup moins fréquent à l’étage, alors que son rôle y est également prépondérant. En effet, quoi de plus agréable qu’un sol tiède au saut du lit, en lieu et place de carrelages glacials pour la plante des pieds ?

Les avantages:
> une chaleur homogène dans toute la pièce. En effet, dans le cas d’un radiateur ou d’un convecteur, la différence de chaleur se marque dès que l’on s’en éloigne.
> l’absence d’encombrement de ce système permet d’exploiter totalement les murs de la salle d’eau. Un véritable atout, lorsqu’on sait que la surface des salles de bains est le plus souvent (très) limitée.

© Viega

Le chauffage par le sol dans la salle de bains a toutefois deux point faibles :
> Le premier est qu’il ne fournit pas de chaleur directe par convection mais seulement une chaleur ambiante par rayonnement. Il n’est donc pas possible de s’approcher de la source de chaleur ou de s’y appuyer.
> Le second est qu’il demande une certaine surface de pose et que la surface au sol de la salle de bains, déjà amputée de la surface de la baignoire et/ou de la douche, est souvent très limitée.

L’idéal, pour le compléter, est dès lors d’opter soit pour un chauffage d’appoint mural (radiateur décoratif, sèche-serviettes…) afin de profiter d’une chaleur plus perceptible par le corps, soit pour un chauffage mural intégré. Cette dernière technique est en tous points semblable à celle du chauffage par le sol, si ce n’est qu’elle intervient au niveau des murs; la boucle peut être commandée par une vanne thermostatique indépendante.

Lire aussi > L’éclairage, créateur d’ambiances dans la salle d’eau

La solution électrique

Une autre option est le chauffage électrique, que l’on n’utilise qu’aux heures de pointe. Ici aussi, on peut économiser l’espace, en choisissant par exemple un miroir qui fonctionne comme élément de chauffage. En pratique, une membrane spéciale dans le miroir permet la diffusion de chaleur. Les chauffages électriques se présentent aussi sous la forme de petits convecteurs que l’on utilise ponctuellement, de sèche-serviettes ou de radiateurs infrarouges.

L’indétrônable sèche-serviettes

Depuis plusieurs années, le radiateur sèche-serviettes est devenu la nouvelle norme dans la salle de bains. Design et peu encombrant, il offre en sus une double fonction: le réchauffement de la pièce et le séchage des serviettes. Ses détracteurs diront qu’il se contente surtout de sécher les serviettes de bain puisqu’il en est toujours encombré. Mais il n’en reste pas moins que ce dispositif est la star des salles d’eau, et que le mouvement semble se maintenir dans le temps.

Toutefois, seules les pièces d’une surface inférieure à 10 m2 pourront se contenter de cet unique chauffage, les autres l’utilisant plutôt en complément d’un système classique.

Les sèche-serviettes peuvent soit être raccordés au chauffage central, soit être branchés sur une prise électrique, soit encore être mixtes (raccordés au chauffage central, mais disposant d’une fonction de chauffage électrique). Les systèmes électriques et mixtes peuvent servir d’appoint aux demi-saisons, quand le chauffage central n’est pas encore en service, ce qui constitue un réel avantage.

Le chauffage infrarouge

À la différence des autres radiateurs, le système infrarouge fonctionnant à l’électricité ne chauffe pas l’air mais les murs, les objets et les personnes. Encore peu répandu dans les salles de bains, il possède pourtant de nombreux atouts :

> l’encombrement : ce type de panneau chauffant, au design mince, peut en effet être fixé au mur ou au plafond.
> son rayonnement stimule le flux sanguin et diminue l’humidité dans les bâtiments.
> ce dispositif est également anti-allergène grâce à la diminution de circulation de l’air.
> enfin, son utilisation est sûre.

Revers de la médaille : il est gourmand en énergie – il consomme de 1500W à 4000W par heure – et n’est pas adapté aux grandes pièces ou aux pièces en longueur car la chaleur produite se limite à un espace restreint autour de l’appareil.

Plus jamais de buée!

Pour encore plus de confort, pensez au miroir éclairant et… chauffant. De plus en plus répandu chez les fabricants, celui-ci permet d’éviter la buée. De plus, il sert en même temps de point de chaleur. Et si vous disposez déjà d’un miroir, vous pouvez y ajouter à l’arrière un film chauffant fonctionnant grâce à une simple alimentation électrique.
Pour aller encore plus loin, sachez que ce type de miroir se pare désormais de nouvelles technologies comme des écrans multimédias, l’intégration du son, la possibilité de recharger son portable…

Texte Virginie Stassen
Photo d’ouverture Laurent Brandajs/Crahay & Jamaigne architectes

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation