Un projet d’extension ? Pensez au bois !

Un projet d’extension ? Pensez au bois !

Gros œuvre, Méthodes de construction

L’extension d’une maison en hauteur ou en profondeur peut se faire de manière très classique. Mais il existe aussi de nombreuses méthodes de construction alternatives. Vous êtes candidat à l’agrandissement de votre maison ? Plusieurs solutions en bois s’offrent à vous et méritent tout votre intérêt !

La construction en bois est une méthode ancienne, qui a déjà fait ses preuves. Le bois se traite très facilement, il est léger et son processus de construction à sec permet une finition rapide. Le projet étant élaboré virtuellement sous forme de dessins en 3D avant le démarrage des travaux, tous les matériaux (les châssis, par exemple) peuvent être commandés au préalable, ce qui permet d’assurer un montage rapide sur chantier.

La faible inertie thermique du bois constitue toutefois un point d’attention important : ce matériau de construction léger stocke peu ou pas de chaleur. Si c’est avantageux en hiver, cela peut rapidement entraîner des problèmes de surchauffe en été. Pour éviter cet inconvénient, vous devez veiller à disposer d’un contrôle solaire efficace et d’un bon système de ventilation. Ce conseil vaut d’ailleurs pour toutes les méthodes de construction, y compris la maçonnerie traditionnelle.

Les matériaux de construction légers offrent aussi de moins bonnes performances acoustiques. Vous pouvez remédier à ce problème en choisissant des matériaux de parachèvement adéquats et en veillant à l’isolation acoustique. Une bonne étanchéité à l’air contribue aussi à améliorer le confort acoustique.

Enfin, on redoute souvent à tort un risque accru d’incendie. En réalité, le bois offre une meilleure stabilité au feu que bon nombre d’autres matériaux de construction puisqu’il se protège naturellement en se calcinant.

On distingue principalement trois grandes méthodes de construction en bois. Chacune a ses spécificités, ses avantages et ses inconvénients.

L’ossature bois

Arkana

Dans cette méthode de construction, les murs porteurs reposent sur un jeu de montants et de poutres en bois. Un habillage des deux faces du squelette à l’aide de panneaux confère aux murs la rigidité et la solidité nécessaires. L’espace entre les panneaux est rempli d’un matériau isolant. L’ossature en bois peut être parachevée à l’extérieur avec n’importe quel type de matériau.

 

 

+ L’ensemble du gros œuvre (murs et toiture) peut être réalisé par une seule et même entreprise

+ Construction très légère qui charge très peu le bâtiment existant

+ Montage rapide sur chantier à l’aide d’une grue légère

+ Flexible : facile à adapter par la suite

+ Les bricoleurs peuvent se charger d’une grande partie des parachèvements intérieurs

– Préparation intensive : tous les choix techniques doivent être faits au préalable

– Le projet nécessite une attention soutenue quant au risque de surchauffe et à l’acoustique

– Il faut prévoir une contre-cloison technique du côté intérieur. Vous perdez ainsi plusieurs centimètres mais cela offre la flexibilité nécessaire pour la pose des techniques

– Il faut consacrer une très grande attention à l’étanchéité à l’air durant la réalisation

CLT (Cross Laminated Timber)

La Maison de demain / Spotless Architecture

Durant le processus de production, plusieurs couches de planches en bois massif sont croisées et collées entre elles. De ce fait, les panneaux en bois gagnent en solidité et en stabilité et ne travaillent (quasiment) pas. Grâce à la résistance des panneaux, le CLT constitue parfois une meilleure solution que la construction en ossature bois.

 

 

 

+ Grande liberté architecturale : les grandes travées et les larges ouvertures sont facilement envisageables

+ Possibilité de parois porteuses minces (à partir d’une épaisseur de 9 cm), ce qui en fait un système compact

+ Méthode encore plus rapide que la construction en ossature bois

+ Les murs et plafonds en bois peuvent rester à l’état brut, ce qui permet une mise en service plus rapide et moins de frais de parachèvement

+ Les panneaux massifs ont une inertie acceptable et une bonne étanchéité à l’air

– Plus cher que la construction en ossature bois

– La taille des panneaux exige un transport avec un grand camion et une grue pour la pose. L’accessibilité du chantier doit donc être bonne

– Préparation intensive : tous les choix techniques doivent être faits au préalable ; même les évidements pour les conduites et les commandes électriques sont déjà fraisés en atelier

Construction en bois de type “Meccano”

Y. Milpas / Systimber

Dans ce récent système de construction, des poutres en pin massif sont reliées verticalement à l’aide d’intercalaires métalliques brevetés. Les poutres individuelles sont ainsi assemblées en panneaux de construction. Les intercalaires ont une double fonction : ils maintiennent les poutres à une distance fixe et assurent un joint de dilatation entre les poutres pour compenser les mouvements

 

+ Grande liberté architecturale

+ Grande qualité visuelle du bois ; le parachèvement des parois n’est pas (directement) nécessaire

+ Possibilité de réaliser des éléments porteurs continus pour les murs, les sols et le toit dans des dimensions illimitées (la travée maximale des sols est toutefois limitée à 3,50 m)

+ Convient tant pour les entrepreneurs que pour les bricoleurs. Les différents éléments sont fournis sous forme de paquets de construction avec mode d’emploi

+ Pas besoin de grue ni d’autres outils de levage ; convient donc pour les chantiers difficilement accessibles

+ L’épaisseur des murs et sols est limitée (à partir de 8 cm)

naturels du bois.

+ Un double joint en EPDM dissimulé dans les intercalaires garantit une bonne étanchéité à l’air des panneaux de construction.

– Préparation intensive : tous les choix techniques doivent être faits au préalable

– Le projet nécessite une attention toute particulière pour l’acoustique

 

Texte Tim Vanhove

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation