Toiture : quand photovoltaïque rime avec esthétique

Revêtements de toiture

Les panneaux photovoltaïques gâchent souvent l'aspect de la toiture. Pour pallier cet inconvénient, les fabricants proposent de plus en plus de systèmes photovoltaïques intégrés au toit. Ils ne sont donc plus superposés à la couverture existante mais remplacent le matériau.

Il existe deux manières de poser des panneaux photovoltaïques en toiture : la surimposition ou l’intégration. Dans le premier cas, les panneaux sont détachés de la toiture d’une dizaine de centimètres ; dans le second, ils remplacent la couverture et assurent l’étanchéité du bâtiment. Zoom sur la formule des panneaux intégrés.

Sur toiture inclinée

L’intégration d’éléments photovoltaïques sur un toit en pente implique l’enlèvement ou la modification de certaines couches et leur remplacement par les modules, tuiles ou ardoises solaires. Il faut toutefois assurer un débit d’air suffisant sous les modules, faute de quoi leur température peut augmenter de plus de 20 °C par rapport à des modules bien ventilés. Le travail fini doit également être parfaitement étanche à l’eau. L’intégration des modules dans la toiture prend plus de temps que la surimposition et nécessite un niveau plus élevé de compétence de la part de l’installateur.

Cette technique est compatible avec la majorité des matériaux de toiture à savoir ardoises, tuiles et couvertures métalliques.
– Avantages : intégration esthétique optimale ; économie d’une couche de revêtement de toiture
– Inconvénients : ventilation limitée des modules ; faible rendement en cas de forte chaleur ; à envisager uniquement pour un toit neuf ou entièrement rénové

Sur toiture plate

Dans le cas des toitures plates, il existe également des produits intégrés combinant couverture et système photovoltaïque. Certains fabricants proposent des membranes d’étanchéité synthétiques pour toit plat sur lesquelles sont intégrés en usine des modules photovoltaïques souples. Cette formule répond entre autres à deux points techniques sensibles, à savoir la stabilité et l’étanchéité de la toiture.

Côté stabilité : les modules inclinés par rapport à la surface de la toiture vont subir l’effet du vent. Il est nécessaire de vérifier que l’ancrage ou le système de lestage utilisé est suffisant pour maintenir l’installation en place. Côté étanchéité : l’installation photovoltaïque ne doit pas avoir de conséquence négative pour l’étanchéité de la toiture. Une vérification de la qualité de la toiture existante doit avoir lieu au préalable pour déterminer si la toiture existante est encore bonne pour 25 ans ou s’il y a lieu de la réparer.

– Avantages : intégration parfaite au bâti ; s’adapte à toute forme de toiture car flexible ; faible poids propre
– Inconvénients : durée de vie de 25 ans contre 30 ans minimum pour une simple étanchéité ; rendement PV plus faible

Sur verrière

L’utilisation de panneaux photovoltaïques en bi-verre, pris en feuillure dans une structure de verrière comme pourrait l’être un vitrage classique, permet de réaliser des verrières qui associent l’apport de lumière avec la production électrique. Ces panneaux vitrés photovoltaïques peuvent être montés en vitrages isolants, selon leur destination.
– Avantages : intégration esthétique optimale ; le module laisse passer 10 % minimum de la lumière ; bon rendement
– Inconvénients : coût élevé ; gamme limitée

Pour faire le bon choix, vous devez tenir compte de l’architecture du bâtiment mais aussi de vos priorités. Souhaitez-vous privilégier un rendement optimal ou l’esthétique ? Il est recommandé de demander conseil à un professionnel pour trouver le meilleur compromis.

Cécile Wolfs

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation