Récupérer la chaleur de l’eau grâce à un échangeur

Récupérer la chaleur de l’eau grâce à un échangeur

Énergie, Intérieur, Production d'eau chaude, Salle de bains et bien-être, Sanitaire et eau chaude

Dans une maison classique, près de 12 % de la consommation énergétique globale est consacrée à la production d’eau chaude sanitaire. Ce poste représente ainsi, après le chauffage des locaux, l’un des plus grands consommateurs d’énergie de la maison. Et lorsque vous prenez une douche, cette chaleur file directement à l’égout !

Pour limiter cette consommation d’énergie, il est tout à fait possible de récupérer l’énergie de l’eau utilisée grâce à un échangeur de chaleur. Cette option est peut-être moins connue mais elle est très efficace. Examinons cela de plus près.

Principe de la récupération de chaleur

Le principe est en somme très simple. Lorsque vous prenez une douche, la demande en eau chaude est simultanée à l’évacuation de l’eau de la douche, qui contient une quantité considérable de chaleur résiduelle. Grâce à un échangeur de chaleur, vous pouvez récupérer une partie de cette chaleur résiduelle – jusqu’à la moitié ! – en préchauffant l’eau de la conduite d’eau froide. Vous devrez donc ajouter moins d’eau chaude pour obtenir une eau à la bonne température. 

Types d’échangeurs de chaleur

Il existe, dans le commerce, différents types d’échangeurs de chaleur de douche, chacun ayant ses avantages et ses limites spécifiques.

Échangeur de chaleur de douche vertical

Si les conditions le permettent, l’échangeur de chaleur de douche vertical constitue généralement la meilleure option.

Il se compose d’un tuyau en cuivre vertical, par lequel est évacuée l’eau usée de la douche, tandis que l’eau froide de distribution est acheminée dans un tuyau concentrique ou en forme de spirale, enroulé autour de la conduite d’évacuation afin d’absorber la chaleur de l’eau évacuée. L’idéal est que l’eau froide coule dans le sens opposé à l’eau usée dans l’échangeur de chaleur (principe du contrecourant). Cette solution offre le meilleur rendement. Pour éviter que l’eau de distribution ne soit contaminée, on utilise toujours une double paroi de séparation avec détection de fuites.

D’une longueur de 1,5 à 2 mètres, l’échangeur de chaleur vertical ne peut être envisagé que pour les douches situées à l’étage. Pour un rendement optimal, il est placé au plus près de la douche. Ce type d’échangeur de chaleur est autonettoyant et ne réclame pour ainsi dire aucun entretien.

Lire aussi > 6 façons d’économiser l’eau chaude de la salle de bains

Échangeur de chaleur de douche horizontal

Si l’échangeur de chaleur de douche vertical n’est pas envisageable, vous pouvez opter pour une version horizontale. L’eau froide de distribution circule alors dans un échangeur de chaleur tubulaire en cuivre, sur lequel s’écoule l’eau usée de la douche. En fonction de la version, il est intégré dans un caniveau de douche, un receveur de douche ou une crépine de douche.

De par leur conception et les différentes variantes possibles, les échangeurs de chaleur de douche horizontaux offrent de grandes possibilités de mise en œuvre. Ils sont toutefois un rien moins efficaces et réclament un entretien régulier. Comme l’eau usée est évacuée directement entre les tuyaux en cuivre, il faut régulièrement enlever les cheveux, les résidus de savon… Par ailleurs, le raccordement d’eau froide se trouve toujours à l’extérieur du caniveau ou du receveur de douche et est donc souvent noyé dans la chape. Les éventuelles fuites risquent dès lors d’être difficilement perceptibles, voire pas du tout. Il est important d’en tenir compte lors de la pose.

Pour info, la pose d’un échangeur de chaleur de douche vous permet de récupérer jusqu’à 50 % de cette énergie ! Cela représente une économie considérable sur les frais de production de votre eau chaude sanitaire.

Texte Ben Weyns
Photo Viega

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation