Quels murs peut-on casser ?

Quels murs peut-on casser ?

Gros œuvre

L’esprit loft a la cote ! Les grands espaces ouverts, nous sommes nombreux à en rêver. Mais les anciennes maisons ne s’y prêtent pas toujours. La solution ? Abattre l’une ou l’autre cloison. Attention toutefois à ne pas s’attaquer à un mur porteur.

Au siècle passé, les fonctions étaient strictement définies dans les logements : une pièce pour la cuisine, une autre pour la salle à manger et une troisième pour le salon. On est bien loin de la tendance actuelle, qui consiste à rassembler ces fonctions dans un espace ouvert. Bref, aujourd’hui, on abat les murs pour voir plus grand. Mieux vaut toutefois réfléchir à deux fois avant de prendre une massue pour tout casser. Car certains murs sont porteurs. Ce qui signifie qu’ils soutiennent la charpente et la structure des planchers. Si on abat un tel mur, la maison risque tout simplement de s’effondrer.

Quelques indices

Mais que faire lorsqu’on ne dispose plus des plans de son logement ? Comment savoir si on peut ou non s’attaquer à un mur intérieur pour ouvrir l’espace ? Plusieurs indices peuvent aider à reconnaître un mur porteur d’une simple cloison.

Généralement,les murs porteurs se situent en façade pour former le squelette de la maison, ainsi qu’au centre pour étayer la construction. Pour autant bien sûr que la maison n’ait pas été agrandie dans un second temps, auquel cas l’emplacement des murs n’aura plus la même logique.

Autre élément qui met la puce à l’oreille : l’épaisseur des cloisons et le son qu’elles produisent lorsqu’on frappe dessus.Les murs porteurs sont constitués de matériaux lourds et ont une épaisseur de plus de 15 à 20 cm.Une simple cloison de séparation sonne généralement creux et est plus fine. Toutefois, il ne faut pas se fier uniquement à cette première inspection, qui peut parfois se révéler trompeuse.

Un autre élément à prendre en compte est l’emplacement des poutres, qu’on peut observer depuis le grenier s’il n’est pas aménagé, ou depuis le sous-sol. On peut aussi taper sur le plafond pour déceler un bruit sourd correspondant à la présence d’une poutre. Si celle-ci est posée perpendiculairement au mur, il y a de fortes chances que ce mur soit porteur.

Rien de tel que les plans

Évidemment, ces moyens approximatifs ne valent pas les plans de la construction. Mais il se peut, surtout dans le cas de maisons très anciennes, que ceux-ci soient introuvables. Un moyen de s’en procurer une copie est de contacter le service communal de l’urbanisme. À condition de connaître le nom du premier propriétaire (en se renseignant auprès de la Direction régionale du cadastre) et l’année de construction (le cadastre fournit cette information).

 

Texte Natacha Dumont
Photo Laurent Brandajs/Atelier d’architecture AUXAU

 

 

 

 

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation