Quel impact aura le télétravail sur la facture d’énergie ?

Quel impact aura le télétravail sur la facture d’énergie ?

Actualité, Énergie

Cela fait déjà près de 9 mois que les Belges se sont enfermés chez eux afin de lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus. Depuis le début de la crise, le télétravail est donc devenu incontournable. Une situation qui aura immanquablement un impact sur leur facture d’énergie. Le point, avec Wikipower.

Crise sanitaire oblige, de nombreux patrons et chefs d’équipe ont adopté le télétravail obligatoire pour leurs employés. Tout du moins, lorsque cela était possible. Une décision qui s’accompagne de nombreux changements, auxquels il faut pouvoir s’adapter rapidement. Apprendre à gérer vie privée et vie professionnelle, adapter sa façon de travailler, mais surtout revoir son budget consacré à l’énergie.

En restant chez eux, les Belges ont en effet besoin de davantage de lumière, de chauffage, d’eau, etc. La consommation d’énergie de nombreux ménages a donc fortement augmenté ces derniers mois, et c’est d’autant plus vrai maintenant que l’hiver est à nos portes.

Quel impact sur la facture ?

Le télétravail a un impact sur la facture d’énergie des ménages, de l’ordre d’un surcoût de 12 à 18 euros/mois, selon les calculs de Wikipower, une société belge active dans le domaine de l’énergie et à l’origine du site comparateur-energie.be.

Pour ses estimations, Wikipower a pris en compte trois postes qui consomment le plus d’énergie en période de télétravail (on considère ici que le citoyen travaille en moyenne 8h/jour et 20 jours/mois) :

> le poste de travail, soit un ordinateur portable moyen : on peut estimer une consommation de 40 kWh/mois ;
> l’éclairage, comprenant l’utilisation de 3 ampoules LED : Wikipower chiffre la consommation de 3 ampoules LED à 3,2 kWh/mois ;
> le chauffage, où l’on augmenterait de 3°C une pièce, soit 10 % de la maison, la consommation est estimée à 30 kWh/mois.

En multipliant ces quantités par le prix moyen de l’électricité et du gaz, voici ce qu’on obtient : si vous vous chauffez à l’électricité, votre facture pourrait accuser un surcoût de l’ordre de 18 euros par mois. Ce montant tomberait à 12 euros par mois dans le cas d’un chauffage au gaz.

A-t-on le droit à une compensation ?

Il existe deux cas de figure en Belgique :

> Le télétravail structurel : dans ce cas-ci, le télétravail est effectué de façon constante, régulière et permanente. Les employeurs sont dans l’obligation de fournir les outils nécessaires à la bonne exécution des tâches, et de prendre en charge les frais d’installation des programmes informatiques, les frais de fonctionnement et le coût d’amortissement et d’entretien. Une indemnité est donc obligatoire.
> Le télétravail occasionnel : On vise ici le télétravail qui est effectué de manière exceptionnelle. Cette forme de télétravail n’impose aucune indemnité aux employeurs.

Dans le cadre de la crise du coronavirus, le télétravail est de nature occasionnelle et non structurelle, même s’il s’installe dans la durée. Cela signifie que votre employeur n’a pas l’obligation de vous verser des compensations. Votre consommation d’énergie durant vos heures de télétravail sera donc, en principe, à votre charge.

Néanmoins, certains employeurs peuvent faire un geste et octroyer des indemnités non obligatoires pour l’utilisation d’un ordinateur privé et l’abonnement internet, par exemple.

Éviter les excès

Quelques gestes simples peuvent néanmoins vous aider à limiter les dégâts sur votre facture d’énergie, en évitant les excès. Pensez notamment à débrancher les appareils, lorsque vous ne les utilisez pas, mais également à aérer votre maison le matin afin d’évacuer l’accumulation d’humidité qui a pu se former.
> Découvrez ici 70 conseils utiles pour économiser l’énergie

Texte Mailys Chavagne
Photo Thinkstock

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation