Mur de briques et choix de l’appareillage

Mur de briques et choix de l’appareillage

Gros œuvre, Méthodes de construction, Revêtements de façade

Les nouvelles briques et les nouveaux types de joints font la part belle à la créativité. Et cette créativité peut naître, entre autres, de l’appareillage, c’est-à-dire de la manière dont vous empilez les briques. Commençons par l’appareillage classique, dit «en panneresse». Les autres sont moins courants.

En panneresse

Avec l’appareillage en panneresse (ou à demi-brique), les joints verticaux sont à chaque fois décalés d’une demi-brique par rapport à la rangée précédente. C’est un choix rationnel, avec peu de perte de matériau et un résultat d’aspect reposant. L’appareillage en panneresse est recommandé lorsque le parement en brique ne doit pas trop se démarquer, notamment si vous préférez attirer l’attention sur d’autres éléments de la façade ou sur une grande baie vitrée.

En pose carrelage

L’appareillage en pose carrelage (ou en piles) accentue les lignes verticales de la maçonnerie. Toutes les briques sont posées exactement les unes au-dessus des autres, de sorte que les joints verticaux ne sont pas décalés. Il s’agit d’un appareillage non porteur. Vu la faible stabilité, il faut toujours prévoir une armature dans les joints horizontaux.

En bloc

Si vous combinez l’appareillage en panneresse et en carrelage, vous obtenez un appareillage en bloc: il y a deux ou trois couches de briques bien alignées les unes au-dessus des autres; les deux ou trois couches suivantes sont ensuite décalées d’une demi-brique. Certaines briques sont parfois maçonnées verticalement. Il s’agit ici aussi d’un appareillage non porteur.

Sauvage

Dans l’appareillage sauvage, il n’y a pas de modèle fixe. On utilise des briques de différentes longueurs. Deux règles doivent être respectées: les joints verticaux ne peuvent pas se superposer et les briques ne peuvent jamais faire moins d’un quart de brique. Cette technique permet d’utiliser des briques qui s’écartent du rapport longueur-hauteur traditionnel.

En claustra

L’appareillage en claustra présente des espaces vides entre les briques. Un appareillage parfait pour ventiler et profiter de la lumière et de la vue à travers la façade, sans perdre en intimité. Il s’agit d’un appareillage ornemental, purement décoratif.

Lire aussi > 3 techniques pour poser les briques de parement

Romain

Dans une maçonnerie non porteuse, rien ne vous empêche d’utiliser aléatoirement différents formats d’un même type de brique (mélange de briques plus longues ou plus hautes). Cela donne un aspect polymorphe à la façade.

En boutisses

L’appareillage en boutisses est une variante de l’appareillage en panneresse, à cette différence qu’on ne voit pas le long côté mais la tête de la brique. Un parement appareillé en boutisse offre une stabilité supérieure de par son épaisseur et convient très bien pour la construction de murs courbes.

Sans joints verticaux

Dans la maçonnerie sans joints verticaux, les briques sont quasiment juxtaposées. Il ne reste que les joints horizontaux. La maçonnerie sans joints verticaux est une manière élégante de souligner les lignes horizontales et d’allonger visuellement la façade.

Avec relief

En plaçant certaines briques un peu en dehors du plan du mur, la façade prend un relief intéressant. Toutes les briques ne doivent pas nécessairement être parallèles à la façade. Vous pouvez par exemple les maçonner sous un angle pour créer des effets surprenants ou des mouvements de vagues.

Texte Wim Deloof
Photo Wienerberger

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation