Moins de gaz et d’électricité consommés durant l’hiver grâce aux températures douces

Moins de gaz et d’électricité consommés durant l’hiver grâce aux températures douces

Actualité

La consommation totale d'électricité et de gaz naturel a été moins élevée durant l'hiver dernier en Belgique qu'à la même période en 2012-2013, selon la fédération belge des gestionnaires de réseaux électricité et gaz Synergrid. La saison couvrant les mois de novembre 2013 à février 2014 (inclus) affiche une consommation d'électricité de 3,2% moins élevée que durant l'hiver 2012-2013. Quant au gaz naturel, la baisse est de 12,7% par rapport à l'hiver précédent en ce qui concerne la consommation des clients résidentiels, tertiaires et PME.

« L’hiver 2012-2013 était un peu plus froid que la moyenne, mais l’hiver 2013-2014 peut être qualifié de très doux », explique Synergrid. Les températures élevées ont poussé les particuliers et les petites entreprises raccordées au réseau à limiter entre autres l’usage du chauffage, entraînant une baisse de consommation d’électricité de 4,2% pour ce segment de clientèle. Le fait que la consommation globale n’a diminué que de 3,2% par rapport à l’hiver 2012-2013 est dû aux grands clients industriels raccordés au réseau Elia, dont la consommation électrique est relativement stable.

Une telle stabilité n’a pas été observée quant au gaz naturel: « En février 2014, la consommation des grands clients industriels a baissé de 8,1% par rapport à février 2013 (-24,1% pour les clients résidentiels, tertiaires et PME, ndlr) », note Synergid. La plus forte baisse en février 2014 a toutefois été notée « au niveau des centrales électriques: -50,6% par rapport à février 2013, quand Doel 3 et Tihange 2 n’étaient pas opérationnels ».

Sur l’ensemble de l’hiver, les chiffres totaux de consommation de gaz naturel ne sont donnés que pour la clientèle résidentielle, tertiaire et PME: -12,7% par rapport à l’hiver précédent. A nouveau, les températures très douces sont la principale explication, selon Synergrid.

Le pays a importé en février 2014 38,6% d’électricité de moins que le même mois en 2013. A cette époque, les réacteurs nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 étaient fermés à la suite de la découverte de défauts dans les parois des cuves. Un apport extérieur supplémentaire en électricité avait été nécessaire. « Suite au nouvel arrêt de Doel 3 et Tihange 2 le taux d’importation augmentera probablement de nouveau dans les prochains mois », indique Synergrid. Le feu vert au redémarrage des réacteurs avait été donné en juin dernier, mais de récents tests visant à évaluer « le comportement dans la durée des cuves concernées par les défauts dus à l’hydrogène » ont amené à un nouvel arrêt temporaire, annoncé fin mars par Electrabel. (Belga/LP)

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation