Maison passive ou basse énergie ?

Actualité, Construction durable

Quelle est, dans la pratique, la différence entre ces deux concepts ?

En Belgique, on entend de plus en plus parler de maison passive et de maison basse énergie. Nombreux sont les promoteurs qui proposent des maisons “E60”, tandis que certains offrent des maisons passives clé sur porte. Qu’en est-il exactement ? Quelle est, dans la pratique, la différence entre ces deux concepts ?

La législation a récemment posé certaines exigences en matière de maisons basse énergie et maisons passives. Pour les premières, il s’agit d’une limitation de la consommation annuelle de 30 kWh/m² pour le chauffage et le refroidissement d’une superficie climatisée. Pour les maisons passives, la règle est plus sévère et exige 15 kWh/m². A cela s’ajoute une exigence sous forme de valeur maximale d’étanchéité de n50 égale à 0,6.

Une maison basse énergie se situe aux environs de K30, tandis qu’une maison passive tombe aisément à K10-K15. De par la qualité thermique nettement améliorée de la bâtisse, la demande en chauffage se réduit à sa plus simple expression. Il ne faut plus prévoir d’installation de chauffage pour chauffer les espaces dans une maison passive, un échangeur thermique raccordé à l’air ventilé suffisant généralement.

Quant à l’eau chaude sanitaire, on peut par exemple installer un chauffe-eau fonctionnant avec une pompe à chaleur. Une maison basse énergie requiert quant à elle une installation de chauffage active, même si la capacité en est réduite. Dans ce cas, c’est en fait le besoin en eau chaude sanitaire qui est déterminant. De petites chaudières ont été conçues pour ce type de maisons et il existe toute une gamme de pompes à chaleur. La valeur E pour une maison basse énergie se monte à 60 au maximum. Pour une maison passive, la Plateforme de la Maison Passive fixe la norme à une valeur maximale égale à 55.

Choix critique

La liberté quant au choix du système de ventilation n’a pas été limitée directement par la législation, mais il ressort de la pratique que pour satisfaire aux exigences d’une maison passive, le choix d’un système de ventilation équilibré (système D) est inévitable. Dans le cas d’une maison basse énergie, on peut en principe installer n’importe quel système de ventilation, même si les différentes options génèrent une consommation d’énergie différente.

Quoi qu’il en soit, la chute de la demande en énergie constitue de toutes manières un véritable atout. Mais pour éviter des nuisances au niveau du bruit et de l’air ambiant, un choix critique et bien réfléchi prenant en considération les différentes modèles s’avère très important, tout comme l’est l’entretien régulier de l’installation.

Une grande question se pose toutefois. Peut-on construire une maison passive durable avec les techniques actuellement disponibles ? Si l’on examine le cycle de vie d’une maison passive, comparée à celle d’une maison basse énergie, force est de constater que jusqu’il y a peu, c’est la maison basse énergie qui l’emportait. Entre-temps, les fabricants ont planché sur le développement et l’amélioration de nouveaux produits. Et si les rôles ne sont pas encore inversés, le ratio entre les deux types de maisons a certainement changé du tout au tout.

Leen Peeters

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation