L’hiver doux va faire baisser la facture de gaz naturel

L’hiver doux va faire baisser la facture de gaz naturel

Actualité

Les températures plutôt douces de cet hiver ont entraîné une consommation moindre de gaz naturel. Une bonne nouvelle pour le portefeuille de nombreux Belges, qui devraient voir leur facture baisser.

Depuis le début de l’hiver, le mercure en Belgique est à peine descendu en dessous de 0. Ces températures clémentes ont, par conséquent, entraîné une diminution de notre consommation d’énergie, en particulier le gaz naturel. La consommation de décembre 2019 fût en effet 10 à 15% plus faible par rapport à un mois de décembre traditionnel, rapportent les fournisseurs d’énergie. 

Baisse de la facture

Or, si le Belge se chauffe moins que les années précédentes, il devrait a priori le ressentir au niveau de sa facture. Selon les chiffres de la fédération des entreprises électriques et gazières (Febeg), la facture d’un ménage pourrait être de 18 à 27 euros moins élevée rien que pour le mois de décembre.

Une tendance que confirme Engie, l’un des principaux fournisseurs d’énergie belge. « Cela devrait donner une diminution moyenne de la facture, pour le seul mois de décembre, de 15 à 20 euros » précise une porte-parole.

Même son de cloche chez Eneco, qui constate que la consommation de gaz naturel de ses clients privés a diminué de 11% en décembre, et 15% en janvier. « Concrètement, cela signifie qu’un foyer de 4 personnes ayant une consommation annuelle moyenne paie 50 euros de moins sur sa facture », peut-on lire dans un communiqué.

Lire aussi > Le Belge a consommé moins d’électricité en 2019

Importantes réserves de gaz

Le réchauffement climatique n’est pas la seule explication de cette baisse de la facture de gaz. Si les prix de gros du gaz naturel sont historiquement bas – en un an, le prix du gaz a baissé de 25% -, c’est aussi à cause des importantes importations de gaz.

Résultat ? Cette grande offre, et la petite demande actuelle font que toutes nos réserves de gaz sont pleines à craquer. Une hausse des prix n’est donc pas imminente.

Texte Mailys Chavagne
Photo Thinkstock

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation