Les fondations, invisibles mais fondamentales

Les fondations, invisibles mais fondamentales

Caves et fondations, Gros œuvre

Même si elles sont invisibles, les fondations sont fondamentales. Elles portent le poids de la maison, répartissent les charges et assurent la stabilité. En fonction de la portance du sol, l’architecte a le choix entre différents types de fondation.

Fondations superficielles ou directes

Cette solution est la plus fréquente lorsque le sol est bon. Elle réclame peu de main-d’œuvre puisque la couche portante se situe juste en dessous du niveau du sol. On coule du béton non armé dans les tranchées, dont la largeur dépend des charges ponctuelles des murs.

Semelles filantes

Les semelles filantes sont, elles aussi, fréquemment utilisées avec les sols de bonne portance. Elles sont placées à une profondeur de 80 à 120 cm. On coule du béton armé dans des tranchées d’une largeur de 40 à 60 cm.

Radier ou dalle flottante

Lorsque le sol porteur se situe à une plus grande profondeur, on opte souvent pour une dalle de fondation complète, également appelée dalle flottante. Cette dalle rigide d’une épaisseur de 20 cm en béton armé sur sol plein se comporte comme un «radeau» et absorbe les éventuels tassements de la maison. L’épaisseur des armatures dépend du sous-sol et est calculée par l’ingénieur en stabilité. Cette méthode de fondation est moins chère qu’un vide ventilé, à condition que le sol porteur ne se situe pas à une trop grande profondeur.

Fondations sur puits

Lorsque le sol d’assise se situe à plus de 3 m sous le niveau du sol ou sous le niveau des caves, les fondations sur puits ou fondations en profondeur peuvent apporter une solution. Dans ce cas, on réalise des puits de fondation, qui sont remplis de béton armé, aux points les plus chargés de la future maison. Des poutres en béton armé reposent sur ces puits, qui présentent un diamètre allant de 80 à 150 cm, afin de porter la charge des murs. Cette technique offre l’avantage de ne devoir excaver la terre que localement.

Fondations sur pieux

En présence d’un mauvais sol (marécage, tourbe, argile), des pieux en béton, en acier ou en bois sont forés, vissés ou enfoncés à grande profondeur. Des poutres en béton armé sont ensuite posées sur ces pieux pour soutenir la charge des murs.

Texte Jos Segaert
Photo d’ouverture ThinkStock

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation