Les différents systèmes de ventilation

Les différents systèmes de ventilation

Énergie, Ventilation et air conditionné

Pour rencontrer les besoins de ventilation, plusieurs systèmes sont envisageables, chacun apportant ses caractéristiques spécifiques en termes de prix, de facilité d’installation, de confort, d’entretien, d’efficacité et d’économie d’énergie.

Ces systèmes de ventilation sont répartis en quatre groupes – A, B, C et D –, tous autorisés par la réglementation, même si les systèmes A et B ne sont quasiment plus utilisés dans les maisons et qu’ils ne représentent pas de plus-value dans le calcul PEB de la maison. Cependant, dans un souci d’exhaustivité, nous les passons tous brièvement en revue.

Système A

L’installation la plus simple est un système de ventilation avec une amenée et une évacuation d’air naturelles. L’air frais arrive par des aérateurs. L’évacuation de l’air vicié se fait également par voie naturelle, via les conduits d’évacuation verticaux dotés de grilles réglables.

Ce système est le moins cher, il s’installe facilement et ne nécessite qu’un entretien limité. Comme il n’y a pas de ventilateur, vous ne consommez pas d’électricité, mais le système est peu réglable. Par vent violent, la ventilation est bonne (parfois excessive), tandis qu’en l’absence de vent, l’arrivée d’air frais risque d’être insuffisante.

Système B

Une deuxième possibilité réside dans la pulsion mécanique d’air frais dans les pièces sèches, en combinaison avec une évacuation naturelle via des conduits d’évacuation verticaux dotés de grilles réglables. L’arrivée peut être centralisée (un seul ventilateur avec des conduits d’air vers les différentes pièces) ou décentralisée (un ventilateur par pièce).

Les ventilateurs consomment de l’électricité. Néanmoins, les débits de ventilation nécessaires peuvent être mieux assurés qu’avec un système A, et ce, quelles que soient les conditions atmosphériques.

Système C

Troisième possibilité, un système composé d’une amenée d’air naturel dans les pièces sèches, via des aérateurs, en combinaison avec une extraction mécanique dans les pièces humides. Ici aussi, il vous faut de l’électricité pour l’extracteur, mais les débits requis peuvent être mieux garantis. Les pièces humides étant restreintes et souvent regroupées (en raison notamment des arrivées et évacuations sanitaires), ce système est généralement plus compact (moins de gaines et un seul moteur) et, par conséquent, moins cher et plus aisé à entretenir qu’un système B. Ce système est dès lors davantage utilisé. Il est de plus en plus souvent doté d’un système piloté à la demande (C+) pour réduire la consommation d’énergie.

Système D

Avec un système de ventilation D, tant l’amenée d’air frais dans les pièces sèches que l’extraction de l’air vicié dans les pièces humides sont entièrement mécaniques. C’est le système le plus cher. Il occupe aussi le plus d’espace (en raison du double circuit de gaines) et présente la consommation d’électricité la plus élevée (deux ventilateurs et un échangeur de chaleur). En revanche, il permet, grâce à cet échangeur de chaleur, de préchauffer l’air frais en récupérant la chaleur de l’air extrait. Cela permet de récupérer environ 80 % de la chaleur évacuée dans l’air vicié.

Texte Ben Weyns
Photo Zehnder

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation