Le secteur de la construction table sur une croissance de plus de 3% en 2018

Actualité

La croissance du secteur de la construction en 2017 devrait s'intensifier cette année, a indiqué jeudi la Confédération Construction à l'occasion de sa conférence de presse annuelle. La progression du volume de travaux pourrait passer de plus de 2% l'année dernière à plus de 3% en 2018. "Tous les indicateurs sont au vert pour les particuliers et c'est le moment de construire ou de rénover", assure Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la confédération.

a Belgique traverse une phase de haute conjoncture et plusieurs facteurs favorables laissent présager un avenir positif pour le secteur, d’après les chiffres fournis par la Confédération Construction. En 2017, la confiance des entrepreneurs a atteint un niveau “historiquement élevé”, supérieur à la moyenne des 10 dernières années. La proportion d’entreprises observant une amélioration dans le secteur reste toutefois globalement égale à celles qui font part d’une détérioration.

“Cette année 2018 commence bien aussi, les carnets de commandes sont bien remplis”, poursuit Robert de Mûelenaere. Les entreprises sont actuellement assurées d’environ 5,9 mois d’activité en moyenne, contre 5,6 l’année dernière et 5,5 il y a deux ans.

Cette embellie conjoncturelle a entraîné une hausse de l’emploi construction, après la perte de quelque 20.000 salariés entre 2011 et 2015. Entre le quatrième trimestre de 2016 et le troisième en 2017, 1.900 emplois ont été crées (800 salariés et 1.100 indépendants). Le nombre de faillites d’entreprises de construction a cependant également grimpé, passant de 1.578 en 2016 à 1.752 l’année dernière.

Selon la Confédération Construction, la hausse de la demande est notamment pilotée par les investissements du gouvernement fédéral dans les bâtiments qui accueillent les institutions judiciaires et la perspective des élections communales, qui entraînent une augmentation des activités de génie civil.

Le renforcement des exigences en matière de PEB (performance énergétique des bâtiments) en Flandre suscite également un phénomène d’anticipation.

La réforme des droits d’enregistrement, appliquée en Wallonie et à Bruxelles depuis le début de l’année, offrira par ailleurs “davantage de marge financière aux familles”, ajoute Robert de Mûelenaere. “Nous pensons que les marges libérées pourront être utilisées pour financer des travaux de rénovation énergétique.”

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation