Le patrimoine belge disparaît au profit de nouvelles constructions

Le patrimoine belge disparaît au profit de nouvelles constructions

Actualité

Le nombre de projets de reconversion atteint des sommets dans notre plat pays. Chaque semaine, pas moins de 160 anciens bâtiments belges sont détruits pour faire place à des constructions neuves.

Notre patrimoine part en poussière ces derniers mois : l’année dernière, le secteur belge de la construction et de l’immobilier aurait démoli 8.278 bâtiments vieux de plus de 20 ans, soit une moyenne de 160 par semaine, d’après une analyse du groupe immobilier flamand ERA. C’est 10,3 % de plus par rapport à l’année précédente.

Dans la majorité des cas, ces anciens bâtiments disparaissent au profit de nouvelles constructions. « Un hôpital vacant fera place à un nouvel immeuble de bureaux ou une ancienne usine sera remplacée par un nouveau quartier résidentiel », explique Johan Krijgsman, CEO ERA Belgium. Une tendance d’autant plus marquée dans les centres urbains et dans le cœur des villages.

De moins en moins d’espace libre

La reconversion n’est pas une tendance récente : selon les chiffres de perspective.bruxelles (centre de recherche de la région bruxelloise), quelque 1 333 000 mètres carrés de bureaux de la capitale sont, dans la majorité, devenus des logements résidentiels entre 1997 et 2017.

C’est la vitesse à laquelle nous réaménageons l’ancien patrimoine qui n’a jamais été aussi rapide. Pour ERA, cette accélération soudaine serait due à un manque croissant d’espaces ouverts et libres en Belgique, et particulièrement en Flandre.

Le désir des consommateurs

Si aujourd’hui, le nombre de projets de reconversion atteint de tels sommets, c’est aussi en partie pour des raisons de mobilité et de climat. Les familles veulent non seulement éviter les embouteillages, mais également vivre de manière durable. « Dans tous les cas, les nouvelles constructions se vendent déjà très bien », se félicite Johan Krijgsman.

Les appartements qui font partie d’un projet de redéveloppement sont par exemple très populaires. Non seulement, il n’y a pas de nouvel espace vert qui doive céder la place à un nouveau bâtiment et ces appartements sont plus écologiques que l’ancien immeuble. Bref, un double gain non négligeable.

Texte Mailys Chavagne
Photo ERA (Residentie Laurier)

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation