Le nouvel enjeu des énergies renouvelables

Actualité

Bien décidé à respecter la directive européenne imposant aux États membres de produire au moins 20 % de leur énergie via les énergies renouvelables, notre pays a massivement investi dans le soutien à l'installation de panneaux photovoltaïques et d'éoliennes.

Bien décidé à respecter la directive européenne imposant aux États membres de produire au moins 20 % de leur énergie via les énergies renouvelables, notre pays a massivement investi dans le soutien à l’installation de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes. Le problème est que cette médaille a aussi son revers : le déphasage croissant entre la production d’électricité et sa consommation.

Avec son projet d’atoll énergétique en mer du Nord, la Belgique entre de plain-pied dans la seconde phase du développement des énergies renouvelables : le stockage de l’électricité. Cette technique de stockage dans l’eau consiste à pomper de grandes quantités d’eau hors d’un réservoir en cas de surplus d’électricité, et à inverser le mouvement en le remplissant gratuitement au travers de turbines hydroélectriques lorsque la demande en électricité est en hausse. Elle offre notamment l’avantage de pouvoir stocker l’électricité pour une durée indéterminée.

Le “smart grid” est une autre piste en développement. Il s’agit ici de connecter un nombre aussi important que possible de points de production et de points de consommation de sorte que l’équilibre entre l’offre et la demande puisse être atteint à chaque moment. La domotique va jouer ici un rôle prépondérant en autorisant le démarrage d’appareils électriques seulement lorsque la production est plus importante que la demande. Au niveau domestique, les lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge et autres boilers pourraient dès lors démarrer automatiquement de nuit, par grand vent, ou de jour, par fort ensoleillement.

Eric Cloes, rédacteur en chef

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation