La maison évolutive, un logement qui s’adapte à nos besoins

La maison évolutive, un logement qui s’adapte à nos besoins

Construction durable, Gros œuvre

Quand on achète une maison ou un appartement, on espère y vivre longtemps. Mais impossible de prédire à l’avance de quoi sera fait l’avenir. Enfants, handicap, divorce… De nombreux éléments ont des conséquences importantes sur l’agencement d’un domicile. La maison évolutive est la solution idéale qui vous permettra de profiter de votre nid douillet toute votre vie.

Modulable, la maison évolutive est un logement imaginé dans le temps : cette forme d’habitation est conçue pour toujours répondre aux besoins du ménage, quelles que soient les conditions de vie. La maison évolutive est donc un logement adaptable qui répond aux besoins changeants et évolue en même temps que la situation financière, la composition familiale et l’âge de ses propriétaires.

Elle permet notamment de prévoir des agrandissements éventuels tout en limitant le plus possible leur complexité et leurs coûts. On peut donc considérer que cette maison a un lien avec les principes de l’économie circulaire, qui consiste à construire en tenant compte du cycle de vie des matériaux.

Des avantages

La maison évolutive présente de nombreux avantages, dont notamment :

  • Une grande liberté d’aménagements : l’idée est de construire la base de la maison, et d’y ajouter ou d’enlever des modules au fur et à mesure de l’évolution du ménage.
  • Un prix avantageux : cette maison coûte moins cher qu’une maison complète, construite entièrement et en une fois. Ajouter des modules coutera également moins cher que d’entreprendre de grands travaux de rénovation, puisque tous les détails nécessaires (raccords électriques, égouts…) seront prévus au préalable.
  • Un projet écologique : la maison évolutive est généralement conçue avec des matériaux recyclables (bois, verre…).

Cette maison nécessite toutefois quelques préparations préalables.

Travail préparatoire et équipements nécessaires

La maison évolutive est le fruit de la collaboration entre l’architecte et le maître d’ouvrage. Les deux parties doivent donc se concerter de manière à établir dès le départ les besoins tant actuels que futurs des habitants, leur style de vie et bien entendu les considérations techniques que ces éléments ont sur le bâtiment d’origine et sur son évolution.

Grand terrain

La maison évolutive nécessite une surface de construction suffisamment grande pour permettre l’ajout de nouveaux modules. Mieux vaut prévoir à l’avance les futurs projets d’agrandissement.

Bases et fondations solides

Afin de garantir, par exemple, la bonne stabilité d’un potentiel étage supplémentaire, il faut s’assurer de disposer d’une base saine et solide capable de supporter une future extension.

Anticiper des problèmes de mobilité éventuels

Au rez-de-chaussée, il faut s’assurer de concevoir des espaces adaptés aux personnes à mobilité réduite. C’est-à-dire concevoir des embrasures de portes et des couloirs plus larges que la normale pour permettre le passage d’une chaise roulante ou d’un déambulateur, éviter aussi toutes marches et différences de niveau, prévoir des revêtements de sol antidérapants, installer les prises électriques plus hautes que la normale et les interrupteurs plus bas (on doit pouvoir les atteindre en restant assis), laisser des espaces pour les genoux sous l’évier ou la surface de cuisson, prévoir la transformation et l’aménagement futur d’une pièce du rez-de-chaussée en une chambre avec salle de bains inclue…

On pensera également à renforcer les murs de la salle de bain pour permettre l’installation éventuelle de barres d’appui dans le bain ou à côté de la toilette, dans la perspective d’un vieillissement à domicile.

Cloisons mobiles

Il faut penser aux espaces qui seront définis par la structure. Lorsqu’on bâtit une maison, on lui donne une certaine forme, un certain volume – les pièces et murs sont prédéfinis dans les plans de l’architecte. Dans le cas d’une maison évolutive, toutes les éventuelles démolitions de murs ou les potentielles extensions de pièces doivent être prévues dans le projet d’origine. Cela passe par deux phases :

  • 1 : optimiser l’espace/les pièces pour pouvoir les diviser plus tard;
  • 2 : prévoir des murs qui ne seront pas porteurs, pour les abattre plus tard.

Il est en effet important d’optimiser les surfaces des pièces de façon à pouvoir les diviser au besoin à l’aide de cloisons mobiles. Inversement, installer des cloisons mobiles plutôt que des murs porteurs entre certaines pièces pourrait s’avérer utile plus tard. Celles-ci pourront en effet être abattues le jour où le ménage aura besoin d’une plus grande pièce. Dans ce cas, mieux vaut éviter de placer des câbles, des prises ou des tuyaux dans ces cloisons.

Prévoir des techniques

Lorsqu’on entreprend des travaux d’agrandissement, on se heurte souvent à des problèmes techniques comme la continuité du sol ou les installations électriques non adaptées.

L’idéal est de concevoir chaque espace de la maison, tel que la cave ou les combles, de façon à pouvoir les convertir en espace habitable. Il faut donc y installer dès le départ toutes les gaines techniques, les raccordements et les départs sanitaires nécessaires. Cela vaut tout aussi bien pour la plomberie (tuyaux), que pour l’électricité (câblage, prises…).

Mieux vaut également avoir un revêtement de sol identique sur un même étage, pour justement éviter les problèmes de continuité du sol.

Texte Mailys Chavagne
Photo Thinkstock

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation