Voir la galerie En images : une villa rénovée pour le futur

En images : une villa rénovée pour le futur

Rénovations 4 façades, Reportages

À l’instar de tant de maisons des années 1960, cette villa souffrait d’une utilisation inefficace et peu créative de l’espace. Elle disposait d’une suite de petites pièces autour d’une cage d’escalier sombre et bien trop large. L’architecte d’intérieur Natalie Allaert du studio HAAN l'a transformée en un ensemble léger et flexible, résolument tourné vers les besoins futurs.

Une utilisation flexible de l’espace

Afin de relier toutes les fonctions de vie du rez-de-chaussée et de permettre une circulation fluide, Natalie a imaginé un grand mur d’armoires qui fait office de noyau central. Il ne s’agit nullement d’une boîte rectangulaire sans âme mais d’un ensemble ludique de parois en retrait et en saillie, réalisé en multiplex de bouleau et truffé de niches de diverses dimensions, basées sur le foyer actuel et sur la dynamique des flammes.

Toutes les portes de la maison s’ouvrent à 180° et se distinguent par leur utilisation polyvalente. En les ouvrant ou les fermant, on peut intégrer des pièces dans l’espace de vie ou, au contraire, les isoler. Une grande double porte sépare ainsi le bureau de la cuisine. Lorsqu’elle est ouverte, les deux pièces s’harmonisent parfaitement. Il en va de même pour la large porte du hall : soit elle vient devant l’escalier, ce qui permet de faire le tour complet du bloc central, soit elle referme l’espace de vie pour rendre cette zone plus intime. Avec ce système de portes flexibles, Natalie a préparé la maison pour l’avenir. « Supposons que l’un des occupants perde en mobilité… Dans ce cas, l’espace de fitness actuel pourrait facilement se transformer en chambre. En outre, la circulation à 360° autour du bloc d’armoires permet l’utilisation d’une chaise roulante. On pourrait même envisager d’en faire une maison kangourou. »

La domotique en vue du futur

Une maison conçue dans une perspective évolutive réclame non seulement un espace adaptable mais aussi une utilisation flexible des techniques. Avec l’aide de son ami, l’architecte Hannes Oppeel qui a élaboré tout le concept, Natalie a tiré un kilomètre de câbles pour l’installation du système de domotique : au rez-de-chaussée, on ne compte que quatre interrupteurs, chacun d’eux pouvant effectuer douze opérations préprogrammées, allant du réglage de la ventilation au chauffage, en passant par l’éclairage. « La domotique permet de créer différentes ambiances, tant en couleur de lumière qu’en intensité. En matière d’expérience intérieure, elle apporte une plus-value absolue. De plus, tout le système de chauffage, d’éclairage et de ventilation peut être piloté à la demande de manière à optimiser la consommation et à supprimer quasi totalement les pertes d’énergie. »

 

Réalisation Studio HAAN en collaboration avec HO-architectuur – www.studiohaan.be
Texte Katrien Bonne
Photos Luc Roymans

 

Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire n° 415.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation