Voir la galerie En images : Une maison familiale divisée en trois nids douillets

En images : Une maison familiale divisée en trois nids douillets

Rénovation, Rénovations appartements et lofts, Reportages

C’est l’histoire d’une grande maison bruxelloise, où vivait une grande famille. Puis les enfants devenus grands sont partis. Et la maison familiale est alors devenue bien trop grande. Mais sa propriétaire a tenu à y rester. La suite, c’est l’atelier d’architecture AUXAU qui l’a imaginée.

Les enfants étaient partis, une page se tournait. Mais pour la maître d’ouvrage, il était hors de question de quitter l’antre de sa vie. Même si cette maison familiale était devenue trop grande pour elle seule. Face à ce constat, la solution logique était de transformer sa belle maison du début du siècle dernier en un immeuble de rapport, de s’y confectionner un nouveau nid et d’en aménager d’autres à proposer en location. Pensé et approuvé par toute la famille, ce projet a été confié à l’atelier d’architecture AUXAU.
Leurs souhaits ont conduit l’équipe d’architectes à diviser la maison en trois unités de logement, à savoir un appartement et deux duplex de deux chambres. Celui habité par la maître d’ouvrage et que nous présentons ici occupe le rez-de-chaussée et les surfaces au sous-sol à l’arrière du garage, pour une superficie de 101 m2.

Séjour traversant

Le rez-de-chaussée de la maison familiale, qui distribue les espaces de vie du duplex, adoptait le schéma traditionnel des trois pièces en enfilade, dont une pièce centrale sombre. En abattant la paroi, la lumière a pu rejaillir dans l’espace central devenu salle à manger, tandis que l’ancienne chambre à rue s’est métamorphosée en cuisine ouverte. Ce décloisonnement a ainsi rendu l’espace du rez-de-chaussée totalement traversant et, partant, très lumineux.

Un second travail d’ouverture a pris place à l’arrière du rez-de-chaussée, côté jardin, là où l’ancien salon faisait face à une autre baie fermée, percée d’une porte s’ouvrant sur l’ancienne cuisine. L’abattage de cette paroi a permis à la fois d’agrandir l’espace du salon et de l’inonder encore plus de lumière.

Ma chambre au sous-sol ?

« La maître d’ouvrage entrevoyait son futur nouveau logement sous la forme d’un duplex qui garderait l’accès au garage et au jardin. Comme la maison se présente en bel étage donnant accès au jardin via un balcon et un escalier extérieur, nous lui avons proposé d’aménager ce duplex en intégrant les volumes des caves pour y placer les zones de nuit qui s’ouvriraient également sur le jardin. Cette disposition permettait de garder deux niveaux pour aménager non pas un, mais deux appartements – dont un autre duplex – qu’elle pourrait mettre en location. » L’idée d’avoir sa chambre au sous-sol a, dans un premier temps, provoqué un moment de perplexité dans le chef de la propriétaire. Sans compter que la partie centrale de ce sous-sol, très sombre et en très mauvais état, présentait une hauteur sous plafond de moins de deux mètres, hauteur non réglementaire pour l’aménagement d’espaces résidentiels.

Mais les détails de conception ont rapidement balayé ses doutes. Le sol sur cette partie des caves a donc dû être creusé, ce qui a représenté un gros travail. « Le terrain descend en fait progressivement vers le jardin, qui est plus bas que le niveau de la rue. Dans le garage, côté rue, la hauteur sous plafond n’est ainsi que de 1,70 mètre. Mais, sur toute la zone de nuit, elle est bien de 2,50 mètres. »

Cette zone de nuit distribue deux chambres, une salle de bains, un dressing et un espace buanderie. Dans la salle de bains, les menuiseries dessinées au cordeau composent le meuble-lavabo et dissimulent toutes les techniques. Grâce aux baies vitrées qui éclairent généreusement tout le sous-sol, chaque chambre a son propre accès au jardin. Elles bénéficient même d’une zone de terrasse couverte, à l’abri du vent et du soleil, sous le balcon existant du bel étage. Pour favoriser l’accès à l’extérieur, un nouvel escalier en béton brut a été réalisé, parfaitement aligné sur l’escalier existant provenant du balcon… Cette ancienne maison familiale est désormais complètement métamorphosée. Et la vie continue, en mieux.

Réalisation AUXAU

Texte Stephan Debusschere
Photos Laurent Brandajs

Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire n°431.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation