Voir la galerie En images : Un projet durable avec une serre sur le toit

En images : Un projet durable avec une serre sur le toit

Rénovations mitoyennes, Reportages

Lorsque des architectes transforment leur propre maison, cela débouche souvent sur un projet particulier. Dans le cas présent, la salle de bains a été recyclée, la façade arrière est entièrement vitrée et, cerise sur le gâteau, une serre se dresse au niveau du toit.

De bonnes bases

Pour se loger, Gwenn Van Laer et Rob Wiehink ont volontairement recherché un bâtiment décrépit en milieu urbain. Une maison avec une histoire, à laquelle ils voulaient ajouter la leur. La serre qu’ils feront construire au niveau du toit en fait sans doute partie. Cette habitation, ils ont fini par la trouver à Borgerhout, dans la banlieue anversoise, sous la forme d’un bâtiment totalement délabré. Le rez-de-chaussée comme le deuxième étage étaient totalement inhabitables.

« Heureusement, tout ce que nous voulions conserver était en bon état. Cela nous a rassurés, mais nous savions que ce serait une rénovation titanesque, explique Rob. Pour ne pas nous lancer à la légère, nous avons décidé de passer une soirée à concevoir un avant-projet ; si nous arrivions à quelque chose, nous achèterions le bâtiment. »
Cette démarche se révélant fructueuse, le couple a acquis la maison. « À quelques détails près, nous n’avons plus touché au projet, explique Gwenn. Nous sommes restés sur l’idée de démolir la façade arrière et d’en ériger une nouvelle deux mètres plus loin, afin de créer un grand vide et d’amener la lumière naturelle dans toute la maison. »

Pas de chauffage central

Gwenn et Rob se soucient grandement de la durabilité, tout en faisant preuve de bon sens. Ils sont donc partis d’une simple question : comment rendre leur maison durable avec ce qu’elle comportait déjà, sans ajouter une foule de nouveaux gadgets ?
C’est ainsi qu’ils ont conservé les planchers en bois aux étages. Seul le sol du rez-de-chaussée a été remplacé par un béton poli décoré de galets et combiné à un chauffage par le sol.
« Dans le reste de la maison, il n’y a pas de chauffage central, explique Gwenn. Les chambres doivent rester fraîches et, dans la salle de bains, nous avons prévu une alimentation électrique pour un miroir infrarouge… qui n’est pas encore installé. Mais comme ça ne nous manque pas vraiment, je ne sais pas si nous allons le faire un jour. À l’heure actuelle, l’échangeur de chaleur du système de ventilation suffit ; l’air chaud évacué réchauffe l’air frais entrant. À l’étage, la température est toujours agréable. » Le système de ventilation est par ailleurs couplé à un chauffe-eau thermodynamique et participe ainsi à la production d’eau chaude sanitaire.

Un phare dans la ville

L’agencement du deuxième étage n’a pas été modifié. C’est de là qu’un nouvel escalier s’élance vers le toit. Car c’est en toiture que se trouve ce dont le couple d’architectes est le plus fier : « Lorsque nous avons présenté les plans à l’urbanisme, nous avons appris que nous pouvions ajouter un niveau supplémentaire, explique Gwenn. Nous n’avions pas vraiment besoin d’agrandir l’espace, mais cela nous a donné matière à réflexion. C’est ainsi que nous avons introduit une demande de permis pour un jardin en toiture, avec une serre. Nous avions depuis longtemps envie de nous essayer à l’agriculture urbaine. C’était le moment ou jamais ! »

Le couple a opté pour un « toit en biodiversité », la version de luxe du toit vert. Outre des plantes de rocaille et des plantes grasses, vous trouverez aussi des herbes aromatiques et des plantes, ce qui les rend un peu plus coûteux. « Comme nous aimons passer du temps ici le soir, les habitants du quartier ont trouvé un petit surnom pour notre maison, ajoute Gwenn. En effet, lorsque la lumière est allumée dans la serre, notre maison ressemble à un phare. Cela nous fait bien rire. »

Réalisation Chambrang

Texte Agnes Mus
Photos David de Bruijn

Découvrir le reportage complet dans Je vais Construire n°425.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation