Voir la galerie En images : Un jeu de découpes volumétriques sur un terrain étroit

En images : Un jeu de découpes volumétriques sur un terrain étroit

Nouvelles maisons 3 façades, Reportages

À un jet de pierre de la forêt de Soignes, en bordure de la capitale, le bureau Open Architectes a conçu un projet résolument contemporain. Caractérisée par un jeu de découpes volumétriques inspirées du contexte et du programme, la maison trois façades est construite sur base d'une ossature en bois préfabriquée.

Le hasard fait parfois bien les choses. Enthousiastes à l’idée d’acheter une maison, Maurice et Clémentine visitent un bien à quelques encablures de la forêt de Soignes, dans leur quartier de prédilection. Mais quelle déception d’apprendre sur le champ que la maison vient d’être vendue ! Alors qu’ils quittent les lieux, dépités, ils tombent nez à nez avec un panneau  » terrain à vendre « , juste en face ! Comme une invitation. L’idée fait rapidement son chemin… et l’aventure commence.

Un terrain étroit

L’option de faire construire une fois admise, encore fallait-il s’assurer de la faisabilité du projet. Construire une maison trois façades sur une parcelle large d’environ 8,50 mètres, c’est un véritable défi. Bertrand Noël, du bureau Open Architectes, l’a relevé avec brio et a ainsi prouvé qu’une contrainte pouvait devenir un atout majeur, à condition d’en tirer le bon parti. Le souhait tout légitime des maîtres d’ouvrage était de réaliser une habitation au look actuel. « Nous voulions une maison contemporaine avec un certain cachet, mais pratique et facile d’entretien « , confient-ils.

Du fait du terrain étroit, la construction apparaît compacte, certes, mais pas massive. Les découpes volumétriques, simples et nettes, imaginées par l’architecte au niveau des façades permettent de dissocier les volumes et d’alléger l’architecture. La sobriété est de mise, tandis que le blanc non ostentatoire est contrasté par des touches de bois et d’aluminium.

Moulée sur le voisin

Tout a été mis en oeuvre pour épouser au mieux le profil du volume mitoyen contre lequel le projet allait s’établir. Tout en proposant une architecture actuelle, les étages sont littéralement calqués sur les niveaux existants, sans aucun dépassant à l’arrière pour éviter de prendre trop de lumière aux voisins. D’autre part, la commune a imposé de respecter une distance minimale de 2 mètres par rapport à l’autre maison voisine, et d’intégrer dans l’architecture un retrait latéral au dernier niveau. Ce décrochement correspond à l’angle dessiné par une toiture en pente classique semblable aux maisons du quartier.

En bois sans en avoir l’air

Si le socle du rez-de-chaussée est construit en blocs de béton pour reprendre les charges supérieures et assurer le soutien contre terres, la totalité de la construction hors sol est réalisée en ossature bois. « Le choix de la préfabrication s’adaptait spécialement bien aux besoins du chantier : les raccords précis en toiture, pour se raccrocher parfaitement aux niveaux voisins, exigeaient un système constructif précis, explique Bertrand Noël. Un important travail d’anticipation est toutefois nécessaire pour obtenir le résultat escompté. » Les habitants savourent chaque jour le confort de leur nouveau logis qui offre également une luminosité hors du commun.

Texte Marie Delooz
Photos Laurent Brandajs

Réalisation Open Architectes

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation