Voir la galerie En images : un entrepôt transformé en logement de caractère

En images : un entrepôt transformé en logement de caractère

Rénovation, Reportages

À la recherche d’un lieu de vie et de travail, Caroline et Jurgen ont eu le coup de foudre pour un ancien atelier de mise en bouteille de bière situé dans un quartier prisé de Gand. Et ce, malgré le sérieux état de délabrement des lieux. Après une rénovation menée avec talent et efficacité, ce beau bâtiment en briques abrite désormais une habitation pleine de caractère, des bureaux et un studio.

Vivre et travailler sous un même toit n’est pas toujours évident, surtout avec trois jeunes enfants. Un constat que Caroline et Jurgen avaient fait bien avant l’éclatement de la crise sanitaire. Dès lors, ils devaient soit trouver un local pour le bureau de Jurgen, soit emménager dans une maison plus spacieuse. « Il y avait déjà un bon moment que nous faisions des recherches lorsque nous sommes tombés sur cette propriété tout à fait originale, raconte Caroline. Elle était vendue en tant que “maison avec entrepôt”. Vide depuis une cinquantaine d’années, l’entrepôt situé à l’arrière n’avait été utilisé que comme lieu de stockage. Mais nous avons tout de suite vu son potentiel : un bâtiment hors normes, avec une âme et du charme, beaucoup d’espace, de la place pour un grand jardin et d’infinies possibilités nous permettant de laisser libre cours à notre imagination. »

Du rêve à la réalité

Vu que l’espace habitable disponible et le budget total dépassaient ce que Caroline et Jurgen avaient initialement prévu, il leur a d’abord fallu trouver le moyen de rendre leur rêve réalisable et abordable. Résultat : la maison à front de rue abrite désormais un restaurant et trois appartements, tandis que l’entrepôt a été divisé en deux. À l’avant, le rez-de-chaussée est réservé aux activités professionnelles, tandis que les étages accueillent deux bureaux et un studio en duplex. La partie habitation, elle, est aménagée à l’arrière du bâtiment et donne sur un grand jardin.

En quête de lumière

Faire pénétrer un maximum de lumière naturelle à l’intérieur représentait l’un des principaux défis de cet ambitieux projet. Un défi d’une grande complexité car le mur sud, qui constitue la limite de la parcelle, était complètement aveugle. Il fallait donc trouver un moyen d’apporter plus de lumière sans perdre le caractère authentique du bâtiment. Nous avons résolu le problème avec des fenêtres en toiture orientées au sud, une baie vitrée de double hauteur avec porte-fenêtre coulissante côté jardin, et un grand mur-rideau côté nord. Quand le soleil brille, toutes ces surfaces vitrées créent un intéressant jeu de reflets. »

Box-in-box

Une autre atout de ce projet réside dans le caractère authentique du bâtiment en briques de cette ancienne usine d’embouteillage de bière. Même s’ils ont été complètement réinterprétés, les murs d’origine sont toujours debout. « La partie résidentielle est conçue selon le principe “box-in-box”. Nous avons pour ainsi dire conservé la plus grande partie de l’enveloppe primitive, dans laquelle nous avons inséré un nouveau noyau », décrit l’architecte Kristoffel Boghaert.

Fait notable : l’habitation est plus étroite que l’ancien entrepôt, qui flirtait avec la limite de la parcelle. En effet, si le mur nord d’origine est toujours debout, le mur-rideau a été monté en retrait d’1,5 mètre. « Un petit morceau d’espace intérieur est devenu espace extérieur et ce “couloir” donne accès à l’habitation et au jardin en contrebas. Du point de vue de l’apport en lumière naturelle, ce passage fait des merveilles. Les autres sections de la façade ont été isolées par l’intérieur, de manière à créer une épaisse enveloppe thermique. Avec un double bénéfice à la clé : non seulement la température intérieure est agréable, mais l’acoustique est excellente. »

Ouverture et intimité

L’ouverture est le maître-mot dans l’aménagement de cette habitation de caractère. La cuisine ne fait qu’un avec la salle à manger dont la table est une ancienne table de ping-pong, jolie manière pour les propriétaires d’illustrer leur décontraction par rapport au mobilier. À gauche de cette table, un petit coin lecture et, à droite, un bel espace dédié aux jeux des enfants et l’escalier en bois qui mène au salon en contrebas. Un escalier en acier blanc, à peine perceptible vu la finesse de sa structure et son positionnement astucieux, monte discrètement jusqu’à l’étage où se trouvent les chambres et les salles de bains.

« Même si les espaces se fondent naturellement les uns dans les autres, il ne s’agit pas pour autant d’un seul grand ensemble ouvert aux allures de loft. Tout étant bien agencé, nous ne nous gênons pas les uns les autres. Il existe suffisamment de coins et recoins qui permettent à chacun de s’isoler sans pour cela devoir se réfugier dans sa chambre. Dans notre volonté d’ouverture, nous n’avons pas oublié le besoin d’intimité, luxe qui s’est révélé primordial lors du confinement. Nous sommes très heureux de constater que notre maison résiste aussi à l’épreuve de la pandémie… », sourit la propriétaire.

Réalisation architectuur Kristoffel Boghaert

Texte Tim Janssens – Photos Luc Roymans

Découvrez le reportage complet dans Je vais Construire n° 439.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation