Voir la galerie En images : mutation à la verticale

En images : mutation à la verticale

Rénovations mitoyennes, Reportages

Une grande famille habitant à la campagne, et une envie de retour à la Capitale. Mais avec un budget loin d’être illimité. La solution, c’est le bureau époc architecture qui l’a trouvée, en se concentrant sur… la moitié d’une modeste maison de rangée.

Travaillant tous deux à Bruxelles, Pauline et Vincent avaient fait le choix de vivre dans la campagne du Brabant wallon, afin d’héberger dans une grande maison leur famille recomposée. Les années passent, les enfants deviennent grands, et les allers-retours quotidiens trop pesants. Germe alors l’idée de revenir habiter en ville.
Conscient des limites de son budget, le couple se met à la recherche d’une maison modeste, dont le prix suffisamment bas permettrait de dégager un budget apte à créer un lieu de vie à leur image, qui pourrait accueillir leurs enfants respectifs. Et prend contact avec les jeunes architectes du bureau époc architecture.

Nouvelle colonne vertébrale

L’idée maîtresse du projet a été de modifier la circulation verticale de la maison. « Pour gagner en volume et en superficie, nous avons imaginé une nouvelle circulation centrale, qui joue le rôle de colonne vertébrale entre les pièces avant et arrière, sur toute la hauteur de la maison. » Un système qui modifie totalement la physionomie de la maison, à son grand avantage. Premièrement, le déplacement de la cage d’escalier au centre de la maison permet de dégager et d’ouvrir généreusement la façade arrière au moyen d’ensembles vitrés qui augmentent considérablement l’apport de lumière naturelle. Ensuite, il permet d’agrandir la surface des pièces à l’arrière, anciennement amputées de la largeur de la cage d’escalier ; comme à l’avant, ces pièces profitent désormais, elles aussi, d’une pleine largeur.

Version augmentée

« Nous avons proposé d’opérer un décrochage entre les planchers à l’avant et à l’arrière pour installer un système de plateaux en demi-niveaux, poursuit l’architecte. Ce système, techniquement facile à réaliser, permet d’amener de la variété dans les espaces, de donner à chacun une identité propre et de créer une connexion visuelle entre eux. »
Ce système présentait encore un avantage, et non des moindres. « Le fait d’abaisser les planchers rend le niveau arrière des combles bien plus exploitable qu’il ne l’était à l’origine.  »
Enfin, cette solution permettait de concentrer les travaux lourds à l’arrière de la maison, sans devoir toucher à la partie avant et à la façade à rue.

Un défi relevé haut la main

Tous les espaces de vie bénéficient désormais d’un important apport de lumière. « Nous avons placé la cuisine et la salle à manger au premier étage, afin de mettre ces espaces en relation directe avec la vue sur l’environnement, au-delà des murs de soutènement de la cour et du talus planté. Le salon a pris place au rez-de-chaussée, en lien direct avec la petite cour, entièrement refaite par les propriétaires. »

Réalisation époc architecture

Texte Stephan Debusschere – Photos Laurent Brandajs

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation