Voir la galerie

En images : les matériaux font la maison

Rénovations appartements et lofts, Reportages maisons

Le jeune architecte bruxellois Arthur Verraes et sa compagne ont acheté un vaste appartement de deux chambres à un jet de pierre de la place Bockstael, à Laeken. Grâce à quelques interventions simples et une palette de matériaux astucieux, cet appartement a retrouvé toute sa splendeur.

L’immeuble date de 1929. « Dans un premier temps, nous avons quelque peu hésité en raison du manque de luminosité, mais nous avons rapidement perçu le potentiel des magnifiques espaces, avec de hauts plafonds et de majestueuses portes intérieures. Dès lors, mon principal objectif a été de rendre à cet appartement sa grandeur originelle », précise d’emblée Arthur Verraes.

Un jardin intérieur tropical

Afin d’éviter d’interminables formalités administratives, Arthur Verraes a décidé de ne pas réaliser de gros travaux structurels. Le principal changement concerne le déplacement de la cuisine vers le cœur de l’appartement, au centre d’une enfilade bruxelloise classique et typique. La pièce où se trouvait l’ancienne cuisine accueille désormais la salle de bains avec douche à l’italienne, tandis que la salle de bains d’origine s’est transformée en espace de rangement. Grâce à ces interventions, l’agencement de l’appartement est plus logique et la salle de bains est baignée de lumière.

« Comme il s’agit de notre logement, nous avons pu exprimer des idées un peu folles à première vue… »

L’architecte a également démoli un ancien WC et le mur de la terrasse. La terrasse est désormais délimitée par une grande fenêtre et constitue un jardin intérieur exotique visible depuis la chambre et la salle de bains. « Grâce à cette ouverture, notre chambre est beaucoup plus lumineuse. Dans la salle de bains également, les plantes apportent une touche de fraîcheur, tout en laissant passer la lumière et en formant un écran idéal pour préserver l’intimité.

Des matériaux de caractère

Dans les trois pièces en enfilade, l’architecte a opté pour un parquet en chêne foncé posé en point de Hongrie, plus moderne et plus sobre que les chevrons, en raison de la continuité de la ligne. « Si l’on ne sait pas que ce parquet est neuf, on pourrait croire qu’il est là depuis toujours. Je trouve que le matériau a quelque chose de classique de par sa pose, mais aussi de contemporain de par sa teinte. Et le fait de l’avoir posé dans les trois pièces agrandit l’espace. » Un revêtement de sol coulé habille le reste de l’appartement. « Comme toutes les conduites de la nouvelle cuisine devaient être amenées vers l’ancienne évacuation, le sol de la zone humide a dû être rehaussé. J’ai opté pour un revêtement de sol coulé en raison de sa faible épaisseur et des nombreuses possibilités d’application. Ce revêtement se retrouve également dans le couloir et la petite chambre. Sa couleur vert de gris varie avec la lumière et évite un aspect trop aseptisé. »

En mixant les produits de masse, les articles vintage et quelques nouvelles pièces de design, le jeune couple a pu créer un aménagement personnalisé tout en gardant son budget sous contrôle.

Pour le reste des aménagements aussi, Arthur Verraes a soigneusement recherché les bons matériaux. « Nous avons découvert la pierre naturelle Ceppo di Gres, qui présente une teinte à la fois prononcée et neutre. Nous l’avons utilisée dans la cuisine pour le plan de travail et la crédence, ainsi que pour le lavabo des toilettes et de la salle de bains. Comme elle est très mouchetée, les taches ne sautent pas aux yeux. » Dans la cuisine, ce plan de travail relativement coûteux se combine avec des placards Ikea et des portes de la marque danoise Reform.

Texte Elien Haentjens

Photos Tim Van de Velde

Découvrez ce reportage dans son entièreté dans Je vais Construire n° 413.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation