Voir la galerie En images: Budget minimal, effet maximal

En images: Budget minimal, effet maximal

Rénovation, Rénovations mitoyennes, Reportages

Une jeune architecte a transformé cette maison bel étage d'apparence vieillotte en une maison unifamiliale contemporaine. Malgré cette impressionnante métamorphose, les frais de rénovation sont restés limités. La clé de la réussite ? Des interventions inventives, une réutilisation maximale et une bonne dose de créativité.

Dans la vie, le hasard joue un rôle majeur. Cette jolie maison mitoyenne bel étage, qui n’était absolument pas prédestinée à subir la profonde rénovation réalisée il y a quelques années, le prouve.

Embellissement de la façade à moindres frais

« Pour mettre les nouveaux châssis en valeur, nous avons peint toute la façade en noir. Cela ne nous a pas coûté trop cher : à peine 150 euros de peinture. En combinaison avec la menuiserie extérieure en chêne et la porte de garage noire, cette intervention toute simple a permis de former un ensemble raffiné, qui apporte un nouvel élan au côté un peu sombre de la rue. »

La principale adaptation concerne l’intégration des fenêtres en bois à l’avant. Il s’agissait de la meilleure façon d’optimiser les grandes baies vitrées et de créer l’allure chaleureuse voulue par Katrien. « De plus, ces fenêtres participent grandement à notre façon de vivre dans la maison. Les surfaces vitrées sont en retrait ou proéminentes, en alternance, ce qui donne des endroits très agréables pour s’installer. » Un geste architectural des plus réussis, qui cadre parfaitement avec la philosophie du bureau tweestroom.

Des adaptations mûrement réfléchies

Sans réaliser de grosses transformations au niveau du gros œuvre, Katrien a conféré un caractère totalement différent à son bel étage. Le palier du premier étage illustre cela à merveille. Quelques adaptations bien ciblées permettent de reprendre avec raffinement la logique noir-blanc-bois qui caractérise la maison. « Nous avons peint l’escalier qui mène au deuxième en blanc, afin que le contraste avec l’escalier en pierre naturelle ne soit pas trop important, mais aussi pour maximiser la sensation d’espace dans le couloir assez étriqué, explique Katrien. Nous avons également peint les barreaux jaunâtres de l’escalier du rez-de-chaussée en noir et, de ce fait, le plastique foncé de la rampe n’était plus dérangeant visuellement parlant. En outre, cela a apporté de la sobriété à l’ensemble. La fenêtre entre le palier et le salon – à la base de l’escalier vers le deuxième étage – était déjà présente, mais obstruée par un vitrage mat cannelé. Nous avons rendu cette ouverture plus subtile en la réduisant légèrement, en l’encadrant de bois et en y insérant un simple vitrage transparent, ce qui permet une belle luminosité naturelle. »

Les considérations économiques ont joué un rôle crucial dans ce beau projet de rénovation. Plutôt que de dépenser plusieurs centaines d’euros à des solutions prêtes à l’emploi, Katrien et son compagnon ont retroussé leurs manches pour métamorphoser cette maison bel étage. « En raison de notre budget assez limité, nous avons dû nous montrer très créatifs et nous n’avons pas hésité à réutiliser de nombreux matériaux. De la sorte, nous avons pu personnaliser notre maison sans dépenser trop d’argent… »

Réalisation Tweestroom Architecten

Texte Tim Janssens
Photos Luc Roymans

Découvrez le reportage complet dans Je Vais Construire n°409.

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation