Voir la galerie

Dialogues ancien/nouveau

Rénovations 4 façades

Le client voulait pouvoir travailler chez lui pour éviter les embouteillages toujours plus longs.

LIGNES DE FORCE1. Le mariage réussi d’une extension résolument moderne et d’une villa classique des années cinquante. 2. Le semi-enterrement de la partie professionnelle a permis d’agrandir la zone de vie en la dotant de grandes baies vitrées qui lui offrent une vue dégagée vers le jardin. 3. Les hauts murs qui encadrent l’accès professionnel préservent l’intimité de l’habitation privée et évitent les regards indiscrets. 4. La nouvelle distribution de l’étage optimalise la surface disponible et dégage un espace tout en longueur mais généreux pour la salle de bains.

ARCHITECTEBureau d’architectes Bart Coenen SPRL

Le client voulait pouvoir travailler chez lui et y recevoir des clients, pour éviter les embouteillages toujours plus longs, et gagner ainsi du temps et de l’argent. Ne disposant pas de l’espace nécessaire, il décida d’agrandir.

Au départ, il voulait agrandir sa maison des années cinquante dans le même style, mais l’architecte Bart Coenen défendait une vision différente. Ce dernier plaidait plutôt pour une annexe contemporaine et épurée, un volume qui contrasterait avec le bâtiment initial.

Deux niveauxLe nouveau volume comprend deux niveaux. Le niveau inférieur se trouve à l’endroit du garage semi-enterré. L’architecte y a installé le bureau, accessible via l’ancien passage. Grâce à cette situation semi-enterrée, la hauteur de la table de travail arrive dès lors au niveau du terrain.

Le bureau est accessible via une entrée distincte sur le côté. Les clients et collaborateurs entrent par le portail situé à côté de la maison et sont guidés vers l’entrée par deux murets de mi-hauteur. Ces murs protègent les habitants des regards indiscrets.

Le deuxième niveau, posé sur le niveau inférieur, déborde par dessus les murs d’entrée. Il semble ainsi flotter au-dessus de ces deux murs qui guident vers l’entrée de l’office. L’architecte confère ainsi une réelle légèreté à l’annexe. La longue et étroite bande de lumière horizontale qui en résulte apporte de la lumière à l’entrée du bureau.

Le parallélisme des pignons de l’ancienne maison et du nouveau volume (hors terre) offre une belle harmonie extérieure à l’ensemble. Ce niveau comprend une cuisine et une terrasse couverte. L’espace de ce niveau jouxte le salon de la maison existante. Les habitants cuisinent et mangent dans cette pièce ou sur la terrasse lorsqu’il fait beau. Comme cette dernière est couverte, ils profitent davantage de son orientation sud-ouest.

Briques noiresLa nouvelle partie a été réalisée en briques noires, quasiment collées sans joint. Le noir contraste fortement avec les anciennes façades peintes en blanc. La façade arrière comporte de grandes baies vitrées et, à l’étage supérieur, des fenêtres qui descendent jusqu’au sol. Entre ces fenêtres et la terrasse couverte, l’architecte a aménagé une bande en aluminium pour dissimuler le plan de travail de la cuisine qui jouxte la fenêtre.

Il n’a sciemment pas utilisé de brique noire car celle-ci forme sur la façade arrière un mouvement en S qu’il ne voulait pas perturber. La terrasse est délimitée par un garde-corps en verre qui garantit un contact maximal avec le jardin. Le garde-corps est fixé dans le bas et se compose d’un verre feuilleté sans profilés.

Agnes Mus

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation