Construire soi-même une salle de bains : les exigences

Construire soi-même une salle de bains : les exigences

Énergie, Intérieur, Salle de bains et bien-être, Sanitaire et eau chaude

Dans une ancienne maison, on ne trouve généralement pas de salle de bains ni de toilettes à l'étage. Mais c'est souvent un must lors d'une rénovation. Comment commencer ? Et à quoi devez-vous prêter attention?

À l’heure actuelle, avoir une salle de bains, ainsi que des toilettes, au même étage que les chambres est presque indispensable pour notre confort personnel. Il est donc logique que ces éléments soient une priorité lors de la rénovation d’une ancienne maison.

Cependant, construire une salle de bains n’est pas toujours évident. On peut être confronté à quelques difficultés. Si l’approvisionnement en eau pour le bain, la douche et tout autre installation sanitaire ne pose généralement pas trop de problèmes, il en va autrement pour l’évacuation. Ainsi, avec leur évacuation d’environ 50 millimètres de diamètre, installer un système d’évacuation d’une baignoire ou d’une douche est plus facile que d’installer des toilettes, qui nécessitent une évacuation plus large (diamètre de minimum 90 mm).

Bon emplacement

Le plus important dans une salle de bains, c’est l’approvisionnement en eau chaude et froide. En outre, votre salle de bains doit être équipée de tous les dispositifs d’évacuation nécessaires pour les eaux usées du bain, de la douche, du lavabo et des toilettes.

Lors de la conception d’une nouvelle maison, l’architecte essaie de regrouper toute la tuyauterie dans un gaine technique. Ainsi, la salle de bains est souvent située à l’étage, au-dessus des toilettes. L’évacuation de la salle de bains se fait alors par une canalisation qui passe également par les toilettes du rez-de-chaussée. Cela permet de réduire le nombre de tuyaux d’évacuation, mais aussi de s’assurer que le bruit gênant provoqué par la chasse des toilettes situées à l’étage se limite à la petite pièce du bas.

Ce regroupement limite également la distance des tuyaux d’alimentation. C’est particulièrement important pour l’eau chaude. Plus les tuyaux sont longs, plus il faudra du temps pour que l’eau chaude arrive jusqu’au robinet et plus la chaleur risque de se perdre en cours de route. L’isolation des conduites d’eau chaude avec des matériaux spécialement conçus à cet effet n’est donc pas un luxe superflu.

Si vous ne pouvez pas vous raccorder à une conduite existante, une solution peut être de construire une gaine technique verticale dans laquelle vous pouvez disposer à la fois des tuyaux d’alimentation et des tuyaux d’évacuation. La structure de la gaine peut être construite en bois ou avec les profilés métalliques qui sont également utilisés pour monter des cloisons. La finition peut se faire avec des panneaux de bois ou des plaques de plâtre. Assurez-vous qu’il n’y a pas de contact mécanique entre les tuyaux et la structure de la gaine pour éviter les bruits de contact. Après l’installation des tuyaux, remplissez le tout de laine minérale afin d’obtenir la meilleure isolation acoustique possible.

Approvisionnement en eau chaude et froide

Aujourd’hui, la nouvelle génération de tuyaux en plastique est surtout utilisée pour les tuyaux d’alimentation. Ils sont multicouches, flexibles en permanence et peuvent supporter des températures et des pressions plus élevées. En général, cela fonctionne avec une conduite d’alimentation centrale reliée à un collecteur sanitaire (un pour l’eau froide et un pour l’eau chaude). Les différents tuyaux de distribution (pour le bain, la douche, les toilettes, le lavabo, etc.) sont ensuite raccordés au collecteur (disponible avec plusieurs branchements).

Les raccordements ne sont jamais faits dans le mur ou derrière une couche de plâtre. Ils doivent rester accessibles à tout moment. Cependant, vous pouvez les cacher dans un placard, derrière une paroi amovible dans la salle de bains…

Le diamètre des tuyaux d’alimentation utilisés est très important pour assurer un débit suffisant aux robinets:

  • Bain : diamètre 20 millimètres
  • Douche (surtout avec un gros pommeau ou plusieurs jets latéraux): diamètre 20 millimètres
  • Toilettes : diamètre 16 millimètres
  • Lavabo : diamètre 16 millimètres
  • Tuyau d’alimentation relié au collecteur : diamètre 32 millimètres

Attention : veillez à ce que les tuyaux (d’entrée et de sortie) ne se croisent pas. En plaçant bien toute cette tuyauterie, on peut parfois former un véritable puzzle. C’est pourquoi il faut toujours faire un dessin spatial des tuyaux avant de commencer les travaux. Vous pouvez le faire sur papier, mais il existe aussi des programmes de dessin adaptés. Si vous n’y parvenez pas, vous pouvez demander conseil à un vendeur dans certains magasins de bricolage ou dans des magasins spécialisés en plomberie.

Certaines entreprises vont plus loin : sur la base des plans de votre maison, elles établissent un plan de l’installation sanitaire et vous fournissent tout le matériel nécessaire sous forme de kit près à l’emploi. Parfois, elles s’occupent même de la connexion.

Belg verbouwt woning vier keer in zijn leven
Getty Images/iStockphoto

Évacuation

Des tuyaux en PVC dur sont utilisés pour l’évacuation. Ils sont disponibles en différents diamètres (32, 40, 50 millimètres, et 90 ou 110 millimètres pour les toilettes).

Il existe un large éventail de pièces de raccordement : Pièces en T, coudes (45° et 90°) et réducteurs pour relier des tuyaux de différents diamètres. Tous les joints sont collés avec une colle spéciale pour le PVC dur. Vous pouvez également les trouver dans le magasin de bricolage avec les brochures nécessaires expliquant comment procéder au sciage, à la préparation et au collage des joints.

Les eaux grises (bain, douche, lavabo, cuisine, machine à laver…) et les eaux noires (toilettes) sont évacuées séparément. Les eaux noires peuvent éventuellement passer par la fosse septique (demandez à la commune si cela est nécessaire dans votre rue).

Lire aussi > 7 critères pour choisir le revêtement de sol d’une salle de bains

Évacuation et ventilation

La ventilation de l’égout est une chose que l’on oublie souvent. Avec un réseau d’évacuation auquel aucun tuyau de ventilation n’est raccordé, il est très probable qu’il y aura une telle variation de pression (dépression et surpression) dans les tuyaux que les siphons (bain, douche, toilettes…) seront désamorcés (donc vidés de leur eau). Outre le fait que cela provoque des bruits désagréables, il y a également un risque que des odeurs nauséabondes provenant de l’égout atteignent votre siphon (coupe-air) et se diffusent dans toute la maison. Ce problème a été et est encore souvent résolu par un tuyau de ventilation qui sort par le toit. Cependant, c’est un travail qui dépasse la dextérité de la plupart des bricoleurs.

Ces problèmes peuvent être résolus plus facilement avec un « anti-vide« . Il existe différents modèles pour la salle de bains, les toilettes… Au début de la dépression, ces anti-vide s’ouvrent et l’air ambiant est alors aspiré dans le conduit d’évacuation. Il n’y a donc plus de risque de mauvaises odeurs ni de siphons vidés. Pour l’installation correcte de ces siphons, il est préférable de se renseigner auprès d’un revendeur spécialisé.

Texte Jef Sels
Photo d’ouverture Istock

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation