Construire en paille : une idée loufoque ? Pas vraiment…

Construire en paille : une idée loufoque ? Pas vraiment…

Construction durable, Gros œuvre, Matériaux

Au-delà des idées reçues, la paille est un matériau idéal pour la construction de bâtiments performants, sains, durables et architecturalement diversifiés. Faisons le point sur ses avantages.

L’histoire des trois petits cochons, ancrée dans l’imaginaire collectif, a causé bien du tort à la paille comme matériau de construction. Et pourtant, loin de cette idée de fragilité, la paille a fait ses preuves au cours du temps. Certains bâtiments sont ainsi centenaires, telle la maison Feuillette en région parisienne. Construite en 1920, elle se trouve en parfait état de conservation. Car, bien mise en œuvre, la paille est aussi durable qu’un autre matériau. Les ballots utilisés pour les parois sont très denses (100 kg/m3) et ne contiennent pas de graines. Aucun risque donc qu’un rongeur ou des nuisibles viennent s’y installer. Comme toute construction, une maison en paille a juste besoin « d’un bon chapeau et de bonnes bottes » pour garantir sa durabilité. À savoir : une protection contre l’humidité du sol et la pluie. Rien de plus !

Les avantages de la paille

Les qualités de la paille sont légion. Elle offre tout d’abord une excellente isolation thermique. La paille emprisonne de l’air, créant ainsi un matelas isolant très efficace. La densité et l’épaisseur des ballots de paille utilisés pour les parois garantissent également une très bonne inertie thermique : la maison ne se réchauffera donc pas trop vite en période de canicule et conservera plus longtemps la chaleur produite en hiver.

© Paille-Tech/Photo Lefrancq, Mons

Élément essentiel et pourtant souvent négligé dans les constructions traditionnelles, les parois d’un bâtiment en paille contribuent au transfert de l’humidité au sein de l’habitation. De ce fait, elles sont dites « perspirantes ». Telle la peau humaine, elles sont étanches à la pluie du côté extérieur, mais ouvertes à la vapeur d’eau produite à l’intérieur du bâtiment. Cela empêche la formation de condensation et l’apparition de moisissures, fortement préjudiciables à la santé des occupants.

© Paille-Tech/Photo B. Boccara

Au niveau technique, les constructions en paille sont souvent préfabriquées en atelier, avec une grande précision rendue possible par l’utilisation de machines à commande numérique et par une maîtrise parfaite des procédés. Ces compétences permettent un assemblage précis et rapide sur chantier. Quelques jours suffisent pour monter l’enveloppe d’un bâtiment, avec tous les éléments positifs qui en découlent : moins de transports, pas de retards dus aux intempéries, une habitation habitable rapidement (construction dite « sèche »).

Enfin, la paille est une ressource renouvelable, disponible à proximité. Produite localement et nécessitant peu de transformations et de transports, elle stocke aussi le CO2 durant sa croissance. Elle constitue donc une réponse efficace aux défis environnementaux actuels. De plus, en lien direct avec les circuits courts, elle crée une source de revenus supplémentaire pour les agriculteurs. Plusieurs producteurs wallons en profitent déjà.

En pratique

D’un point de vue technique, le système constructif des bâtiments en paille repose souvent sur une ossature bois, qui assure la stabilité et la portance. La paille remplit parfaitement les cavités créées par la structure, protégeant et isolant efficacement l’habitation.

© EcoLodge/Photo A. Leclef

Différentes solutions coexistent actuellement, avec une large variété de possibilités architecturales. Logement compact, habitation unifamiliale, bâtiment public : tout est possible. Et des entreprises wallonnes sont à la pointe.

Texte Denis Vasilov

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation