Comment assurer un mix parfait de matériaux dans la cuisine ?

Comment assurer un mix parfait de matériaux dans la cuisine ?

Cuisine, Intérieur

Comment conjuguer design, fonctionnalité et pérennité à l'heure de la préparation des repas ? La recette idéale ? Un fond de tradition revisitée, une touche de modernité, le tout assaisonné de quelques grammes d'innovation.

En cuisine, le choix des matériaux s’effectue en fonction de l’usage mais aussi de la composition esthétique que l’on souhaite réaliser. En règle générale, les matériaux naturels et les teintes neutres se marient facilement entre eux et permettent de réaliser des camaïeux raffinés. Mais on a également besoin d’une touche de couleur pour les réveiller et mettre en valeur les textures riches et particulières.

Une crédence ou un plan de travail en contraste, quelques étagères ou des meubles hauts d’une teinte plus vive ou plus foncée que les éléments bas… donneront de la personnalité à votre cuisine. Et si vous préférez que vos rangements restent dans les mêmes tons, optez pour quelques objets colorés ou pour des meubles – chaises, tabourets, table… – qui se démarquent.

La cuisine vous offre son confort du matin au soir. Ses matériaux doivent être beaux mais aussi solides et durables, hygiéniques et faciles à entretenir.

Les crédences et plans de travail jouent la carte de la créativité

Plans de travail et crédences vont souvent de pair, mais pas toujours. Les surfaces horizontales sont toujours les plus sollicitées. Le plan de travail donne donc le ton en cuisine. Mais il n’y a pas que le matériau qui compte. L’épaisseur du plan de travail change considérablement son aspect visuel et sa présence dans l’espace. Entre ligne de force et ligne fuyante, un matériau traditionnel ou plus design, une tranche marquée ou discrète dessine une ambiance très différence. Quant à la crédence, passive plus qu’active, servant souvent d’espace de rangement, elle s’émancipe avec des matériaux inattendus.

Les matériaux naturels

  • Le choix de la pierre

Les pierres naturelles poreuses (marbre, calcaire, ardoise, granit…) sont fragiles et nécessitent une protection hydrofuge et oléifuge. En outre, leur prix est parfois élevé. Le granit, peu sensible à la chaleur et aux outils tranchants, est le minéral le plus adapté à un usage en plan de travail. Il se décline dans trois finitions (poli, brillant ou flammé brossé) qui modifient son aspect de surface. Le sablage du marbre fait ressortir son veinage. La pierre de lave, dense et très régulière, originaire de la région de Volvic et des volcans d’Auvergne en France, peut servir à fabriquer des plans de travail en lave émaillée et colorée après faïençage.

  • Le bois devenu classique

Un plan de travail en bois massif, placage, bois de bout ou lamellé-collé se patine agréablement avec le temps. Huilé, il sera protégé des taches sans perdre son aspect mat. Attention toutefois aux lames des couteaux et aux plats chauds. Le chêne reste le bois le plus résistant pour cet usage, à l’instar de tous les bois durs. Plus original que le bois, le bambou qui n’est pas un bois mais une herbe à croissance rapide. Il est 25 % plus résistant que le chêne, parfaitement stable, avec des teintes diversifiées : jaune, vert foncé, gris, noir, blond, ambre, clair ou foncé.

Lire aussi > Tendances cuisine : le plan de travail au centre de l’attention

  • Le cuir, pourquoi pas ?

En habillage de crédence, il existe des panneaux en cuir protégés pour résister aux taches et à l’humidité, et équipés sur l’envers d’un adhésif double-face puissant. La pose s’effectue sur un mur lisse poncé, dépoussiéré et revêtu d’un primaire d’accrochage. Il s’entretient simplement avec un lait nettoyant ou une éponge humide imbibée de savon de Marseille dilué dans de l’eau tiède.

L’enduit de béton ou béton ciré offre la possibilité de cacher un ancien carrelage. De nature minérale, avec un effet de surface lisse, il se marie avec bon nombre de matériaux : pierre, ardoise, verre, bois, métal, etc. Teinté avec des pigments ou des colorants, il est proposé dans un camaïeu de gris, des déclinaisons de beige, des nuances de blanc, et des couleurs plus audacieuses comme le chocolat, le mauve, le rouge, le bleu. Le produit de finition (cire, vernis, protection qui le rend résistant à l’usure, à la chaleur et aux taches) change l’aspect de la surface.

En version ultraléger, fibré, plus technique et de haute performance, le Béton Lège® est trois fois moins lourd que les bétons traditionnels pour une épaisseur de seulement 5 cm.

  • L’acier inoxydable, un vrai pro

En cuisine, l’acier et l’inox brossé s’imposent. Antibactérien, le second est le préféré des vrais cuisiniers. Résistant à la chaleur, à la rouille, à l’humidité, il permet de fabriquer des plans de travail sur gabarit sans jointement. Pour lui offrir une patine naturelle, un aspect prématurément vieilli, il peut être poncé. Pré-griffé, il ne craindra plus les rayures provoquées par l’usage, qui se fondront dans son nouvel état de surface. Et les portes en inox brossé peuvent recevoir un microbillage qui élimine les traces de doigt.

Lire aussi > L’acier inoxydable, une bonne idée ?

  • Le carrelage, une question d’entretien

Le principal problème du carrelage, ce sont les joints. Lors de la pose, choisissez des joints époxy qui ne s’encrassent pas et permettent d’utiliser, en crédence, de très petits formats. L’époxy est complètement imperméable, inaltérable et anti-moisissures. Les panneaux de grès cérame pleine masse fin vitrifié (épaisseur de 6 mm) permettent de réaliser de grandes surfaces de revêtement sans joint. Très légers par rapport à leur dimension (jusqu’à 300 x 100 cm), ils résistent bien aux taches et aux rayures.

Pour la crédence, il existe des solutions simples et économiques comme la peinture pour recouvrir des carreaux passés de mode. Pensez aussi aux panneaux adhésifs adaptés à tout support lisse et propre comme la faïence ou un carrelage mural. Résistants à la chaleur et à l’humidité, ils se posent derrière un plan de cuisson et un évier.

Les matériaux de synthèse

  • Les « Solid Surfaces »

Aussi appelés résines ou pierres acryliques, ces matériaux se travaillent comme le bois et se transforment comme des matières plastiques. Composés de deux tiers de poudres minérales, d’un tiers de résine acrylique et de pigments, ils sont durs, massifs et homogènes, non poreux et parfaitement hygiéniques. Ils ne craignent ni les rayures ni les taches et se nettoient d’un coup d’éponge. Les panneaux s’assemblent sans joint apparent et se réparent par simple ponçage. Parmi eux, le plus ancien, le Corian®, mis au point en 1967, a une belle longueur d’avance sur ses concurrents, le Hi-Macs® (LG Hausys), le Krion® (Porcelanosa) ou le Staron® (Samsung). Ces derniers présentent des propriétés similaires, mais la palette de couleurs du Corian® est plus étendue et on peut même l’imprimer d’un motif permanent grâce à un procédé de transfert d’images par sublimation. Il existe par ailleurs une gamme Corian® Eco-Concrete contenant 14 % de matériaux recyclés.

  • Les pierres de synthèse

Les pierres de synthèse sont composées de 90 à 95 % de quartz (leur autre nom) et d’un apport réduit en résine associée à des pigments pour former des surfaces non poreuses. Très dures, elles résistent aux rayures et aux hautes températures (environ 250°). Faciles à entretenir et plus solides que les pierres naturelles, elles se travaillent de la même façon. Par contre, elles offrent un aspect uniforme sur toute la surface et l’épaisseur. Les grandes longueurs de plans et de crédences (au-delà de 3 mètres) présenteront des joints apparents mais discrets. Les décors peuvent être brillants (plus fragiles), mats, jaspés ou d’aspect métallisé. Les plus répandus sont le Silestone® (Cosentino), avec une petite centaine de coloris, le Caesarstone® et le Pierre de Plan®. Dans la génération des pierres de synthèse, on a aussi le Dekton® (Cosentino). Ce matériau est composé d’un mélange particulier de matières premières utilisées pour la fabrication du verre, de la porcelaine et des surfaces en quartz. Il est caractérisé par des qualités de faible absorption d’eau, de résistance aux chocs, à l’abrasion, aux taches, aux UV, aux rayures, au feu et à la chaleur.

Lire aussi > 10 questions fréquentes sur les cuisines

  • Tendances et mélanges

Côté couleurs, le noir et blanc a toujours droit de cité pour son élégance moderne et graphique. Les tons neutres se mélangent, beige, noir, gris clair, ardoise ou anthracite. Et surtout, on dépareille les caissons de rangement, en choisissant une couleur ou un matériau différent pour le haut et le bas. Pour un rendu esthétique, limitez-vous à deux couleurs pour les meubles, plans de travail ou crédences, et calmez le jeu par de l’inox, une teinte neutre ou du bois. Parmi les tendances, les teintes épicées comme le jaune curry, le bleu canard, les tons foncés et les bruns. Pensez aussi au métal effet patiné, oxydé, cuivré, finition laiton et les traitements de surface qui donnent un effet de vécu commencent à faire leur apparition dans les marques haut de gamme. Également au programme, le verre finition métallisée. Les façades des meubles offrent des finitions de plus en plus raffinées et subtiles pour habiller des lignes de plus en plus épurées. Autre style remarquable, les lignes galbées adoptées par quelques fabricants qui osent créer des îlots courbes et alléger ainsi leurs formes massives.

Texte Agnès Zamboni
Photo d’ouverture Bulthaup

Pas trouvé ce que vous cherchiez?

Essayez à nouveau dans notre moteur de recherche.

En relation